Le festival Séries Mania consacre ce samedi 18 avril une soirée au triptyque du scénariste et producteur anglais Russell T. Davies (Queer as folk, Bob & Rose, Doctor Who) Cucumber, Banana, Tofu, diffusé sur la chaîne anglaise Channel 4 en début d’année (et qui devrait être édité en DVD d’ici quelques mois). Les noms sont inspirés d’une étude suisse qui décrivait les différents stades de l’érection ainsi, du plus dur au plus mou: Concombre, Banane avec la peau, Banane pelée, Tofu.

Si vous ne l’avez pas encore vu, voici 5 bonnes raisons de vous jeter sur une projection ou la future édition DVD:

  •  Trois séries pour le prix d’une. Cucumber (ci-dessus), la série principale, se concentre sur les déboires de Henry, quadragénaire à la sexualité particulière (on ne vous spoile pas); Banana (ci-dessous) se focalise sur les personnages jeunes de la série, avec des épisodes plus courts. Tofu est une série documentaire sur le sexe: un Youtubeur fait parler des comédien.ne.s de Cucumber  et Banana ainsi que des anonymes sur des sujets tels que «Parler de sexe», «ne pas coucher», «bon sexe, mauvais sexe», «le coming-out». Cucumber est essentiellement gay. Les deux autres sont plus mixtes.
  • C’est une «suite spirituelle» de Queer as folk (1999). On s’en souvient, Queer as folk fut la première série qui se concentrait sur un groupe de personnages gays. L’action se situait à Manchester, et plus particulièrement dans la rue gay de la ville, Canal Street. Les lieux sont les mêmes, mais les préoccupations des personnages ont changé et Davies explore d’autres thèmes. Pour commencer, le personnage central n’est plus un trentenaire riche et arrogant, mais un quadra plein de doutes et fauché.
  • Ça va à 100 à l’heure. Si vous étiez frustré.e par le rythme lent de Looking, vous n’aurez pas le même souci avec Cucumber & co. Il arrive 1000 péripéties aux personnages. En outre, Russell T. Davies est un génie du scénario et la série est parsemée de dialogues ou monologues savoureux (comme celui sur Ryan Reynolds) et d’idées folles et poétiques (le fantôme de Canal Street dans Cucumber ou la casquette rouge dans Banana, par exemple).
  • On y parle de sexualité comme rarement. Quand il s’agit de parler de sexe, les personnages de Cucumber & co n’ont aucun filtre et aucun tabou. C’est un peu les conversation que vous pourriez avoir avec vos ami.e.s. En mieux écrit.
  • Un casting moderne. Blancs, blacks, jeunes, moins jeunes, de toutes les corpulences, gays, hétéros, trans’. Les personnages de Cucumber & co ressemblent à la vraie vie. À noter que le personnage d’Helen, une jeune femme trans’, dans Banana est interprété par la comédienne trans’ Bethany Black. Russell T. Davies ne voulait confier le rôle qu’à une personne trans’.

Banana Generic