Raphaëlle Bacqué a-t-elle outé Guillaume Pepy dans son livre, Richie (Grasset), consacré à Richard Descoings (lire Un livre sur Richard Descoings revient sur sa relation avec Guillaume Pepy)? Si oui, en avait-elle le droit? Ce sont deux des questions sur lesquelles s’est concentrée l’interview de la journaliste du Monde ce matin sur France Inter, par Léa Salamé.

Dans Richie, Raphaëlle Bacqué s’est attachée à raconter un homme qui vivait pour la transgression, dont la devise était: «Pour être innovant, il faut être déviant». Caricature des élites françaises, il cultivait ses différences, comme sa volonté d’ouvrir Sciences Po aux étudiant.e.s défavorisé.e.s. C’est cette juxtaposition des genres (au sens large) qui fait de sa vie un roman, et que ce roman mérite d’être écrit. «C’est aussi cela, le fait qu’il soit différent, qu’il soit transgressif, qui va lui permettre de révolutionner l’institution la plus classique qui soit», souligne la journaliste.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Raphaëlle Bacqué : « Richard Descoings était toujours entre deux mondes »

«Vous écrivez noir sur blanc, Raphaëlle Bacqué, ce qui était un secret, connu des initiés mais pas du grand public, la relation intime, longue, très longue, avec un grand commis de l’État, toujours président d’une grande entreprise publique… Qui est-ce qui vous autorise à dévoiler cette relation entre Richard Descoings et…», interroge Léa Salamé. «Guillaume Pepy, enchaîne Raphaëlle Bacqué. Mais à vrai dire lui-même. Le jour de l’enterrement de (…) Richard Descoings, Guillaume Pepy est sur le faire-part, il est le compagnon assumé, et Richard Descoings, qui communiquait énormément sur Facebook, ne cessait de raconter, d’une certaine façon, sa vie privée.»

«Est-ce que Guillaume Pepy vous a donné l’autorisation? Est-ce qu’il voulait que ce soit inscrit noir sur blanc, sa relation…», demande l’intervieweuse. Réponse de l’auteure:

«Je crois qu’il y a mille révélations dans ce livre mais pas celle-là. Il suffit que vous regardiez sur internet “Guillaume Pepy”, dans sa fiche Wikipedia il est écrit noir sur blanc qu’il vivait avec Richard Descoings, je crois qu’il n’y a rien de honteux, et vraiment je crois que ce n’est pas un secret, pour le coup.»

Léa Salamé enchaine alors sur la «petite polémique» qui entoure la sortie du livre: y a-t-il, dans Richie, la description d’un «pouvoir gay», d’un «lobby gay»?

«Moi, je n’y crois pas, répond Raphaëlle Bacqué. Ce qui m’a frappée c’est que j’ai rencontré des milieux différents, des homosexuels qui vivaient leur sexualité de façons très différentes. Quand je parle de ceux qui se font la courte-échelle, c’est le petit groupe que Richard Descoings forme autour de lui, qui est effectivement tout à fait particulier. Ils sont tous issus de l’ENA, tous dans les grands corps de l’État, tous homosexuels, et ils vont s’entraider.

«Mais c’est un petit groupe d’amis, ils ont des liens de solidarité comme il peut y en avoir. Vous savez, la promotion Voltaire de François Hollande pratique les liens de solidarité tout autant.»