Le ministre de la Santé norvégien Bent Høie a annoncé vendredi 10 avril que la législation allait être modifiée de sorte que les personnes trans’ ne soient plus dans l’obligation de se soumettre à une opération de réassignation sexuelle et à la stérilisation pour obtenir leur changement d’état civil. «La situation actuelle est selon moi intolérable et dure depuis bien trop longtemps, a-t-il déclaré. Le but du gouvernement est de faire une société tolérante et inclusive et cela doit aussi s’appliquer pour les personnes qui ont des identités sexuelles différentes»

En décembre 2014, Yagg avait interviewé la militante trans’ Jeanette Solstad Remø, qui affirmait à l’époque que le gouvernement norvégien avaient nommé deux comités pour réfléchir à ces questions. De fait, le comité d’experts a jugé début avril qu’une personne désirant changer d’état civil devrait avoir la possibilité de le faire par simple déclaration auprès des autorités du registre national. Concernant les mineur.e.s, le comité a estimé que les tuteurs légaux devraient avoir le droit de soumettre une déclaration de changement d’état civil après approbation du gouverneur du comté. D’autres conclusions sont attendues au cours du mois.

Ces recommandations vont servir de bases pour que le gouvernement prépare une loi qui permettra enfin aux personnes trans’ de voir leur identité de genre reconnue.

«Les suggestions pour une reconnaissance légale du genre sont hautement les bienvenues. Elles ont le potentiel d’amener la Norvège, qui était à la traîne, en première ligne, et ainsi permettre de meilleures conditions de vie pour les personnes trans’», a indiqué Stein Wolff Frydenlund, membre du comité de l’organisation Transgender Europe (TGEU).

«Néanmoins, les ambitions sur les prestations de soins de santé devront être augmentées. Les besoins en soins médicaux sont très divers dans la communauté trans’ et particulièrement les besoins des personnes migrantes et des réfugié.e.s trans’ qui ne devront pas être négligés. Cela devra être fait en lien étroit avec les organisations trans’ et LGBT norvégiennes.»