France, Santé | 31.03.2015 - 13 h 14 | 61 COMMENTAIRES
  • CCNE
  • CJUE
  • don du sang
  • EFS
  • Geoffrey Léger
  • jean-claude ameisen
  • marisol touraine

Le Comité consultatif national d’éthique s’oppose à l’ouverture du don du sang pour les hommes homosexuels et bis

Publié par
Saisi par la ministre de la Santé en 2013, le comité d'éthique rend son avis le jour de l'ouverture de la discussion à l'Assemblée du projet de loi sur la santé.
CCNE

Conférence de presse du CCNE, 31 mars 2015 - Photo : Christophe Martet

Le Comité consultatif national d'éthique (CCNE) a rendu son avis sur l'ouverture du don de sang aux homosexuels masculins. Et il est négatif. Le CCNE recommande de ne pas revenir sur l'interdiction permanente qui s'applique aux hommes ayant eu dans leur vie au moins un rapport sexuel avec un autre homme (HSH). Lors d'une conférence de presse, le président du CCNE, Jean-Claude Ameisen, a rappelé l'état actuel de la réglementation en France: une interdiction permanente pour les HSH, une interdiction temporaire de quatre mois pour les hétérosexuels qui auraient eu des rapports à risque (multipartenariat, changement de partenaire notamment).

Jean-Claude Ameisen a insisté sur les chiffres de l'incidence du VIH (le nombre annuel de nouveaux cas dans un groupe donné) qui est 200 fois plus élevée chez les HSH que chez les hétérosexuels. En conclusion de son avis, le CCNE réclame… du temps: «Les pouvoirs publics et la société dans son ensemble, ainsi que les responsables de la transfusion sanguine, les autorités sanitaires et les donneurs de sang devraient disposer d'un temps suffisant de réflexion pour reconsidérer les contre-indications dans leur ensemble, prendre la mesure de la complexité des décisions concernant un domaine essentiel de santé publique, et disposer des données scientifiques nécessaires pour étayer leur choix.

«Au stade actuel des connaissances, et tant que les réflexions, évolutions et recherches demandées n'auront pas abouti, toute modification des contre-indications exposerait à des risques médicaux qui doivent être pris en considération d'un point de vue éthique.»

Le président du CCNE rappelle que celui-ci n'est pas une agence de santé et que son avis propose un certain nombre de recommandations qui pourraient permettre de faire évoluer la situation. Mais aujourd'hui, le don du sang n'est pas un droit et tout doit être fait pour protéger le receveur, selon le CCNE.

Dans de très nombreux pays étrangers (dont 18 en Europe), on est passé d'une interdiction à vie à une interdiction temporaire pour les HSH. On attend maintenant la réaction de la ministre de la Santé Marisol Touraine à cet avis, consultatif, du CCNE. Il y a quelques jours, lors de la discussion du projet de loi santé en commission, la ministre avait semblé vouloir ouvrir la porte à une modification de la réglementation.

Saisie de l'affaire qui oppose Geoffrey Léger à l'Établissement français du sang (EFS) sur cette question, la Cour de Justice de l'Union européenne (CJUE) devrait, elle, se prononcer le 29 avril prochain. En juillet 2014, l'avocat général a estimé que le fait qu'un homme ait eu une relation sexuelle avec un autre homme ne suffit pas à justifier son exclusion permanente du don de sang.

Print This Post
 
LES réactions (61)
  • Par SG70 31 Mar 2015 - 13 H 31
    Photo du profil de SG70

    Réponse sans surprise, mais quand je lis
    "exposerait à des risques médicaux qui doivent être pris en considération d’un point de vue éthique"
    je ne peut que constater que la justification apporté (et poutant je suis pas très à cheval sur ce sujet) est enrobée d’une hypocrisie sans nom…
    Sauf erreur ce n’est pas absolument pas un problème médical et/ou de sécurité car de toute façon tous les tests de dépistage sont systématiquement faits sur les poches, c’est uniquement un problème de COUT !!!
    La c’est vraiment du BULLSHIT !

    Signaler ce commentaire

     
    • Par Biel 31 Mar 2015 - 13 H 34
      Photo du profil de Biel

      Oui mais dès lors que le tests sont fiables seulement après 15 jours …

      Signaler ce commentaire

       
    • Par SG70 31 Mar 2015 - 13 H 52
      Photo du profil de SG70

      @biel
      Sauf erreur la poche de sang à une durée de conservation moyenne (je crois que le temps max pour les globules rouge c’est une 40aine de jours) ce qui permet de ne pas travailler en flux tendu, à ce jour il ne me semble pas que l’on mettes en circulation des poches avant que l’ensemble des résultats des tests aient été obtenu.
      Pour moi ça reste purement un soucis économique – ce que je peux comprendre – car les HSH donnent un taux de rejet très supérieur à la normale.
      Ici ce que je critique c’est pas la réponse négative mais le blabla débile alarmiste qui l’enrobe « ho vous vous rendez compte, si le pédés donnent le sang vous êtes en risque… »
      C’est puant d’hypocrisie, mais bon de la part du poussiéreux corps médical français je m’attendais guère à mieux, rarement vu un tel « god complex » qu’ici.

      Signaler ce commentaire

       
    • Par Drago 31 Mar 2015 - 16 H 18
      Photo du profil de

      @SG70 Je n’avais pas pensé à ça, merci d’avoir mis en lumière ce côté de l’affaire. Je ne me sens pas particulièrement discriminé par cette interdiction, même si j’irai donné mon sang avec plaisir si je le pouvais, mais je vais commencer à m’énerver si on se sert de cette affaire pour faire peur et conforter de vieux clichés homophobes.

      Signaler ce commentaire

       
  • Par Biel 31 Mar 2015 - 13 H 33
    Photo du profil de Biel

    On marche sur des œufs … quels sont les pays qui autorisent le don du sang pour les homos ? Y-a-t-il des statistiques qui prouvent que les hommes homos ou bis donneur de sang sont responsable d’une contaminations plus élevée de la moyenne via transfusion ? Les Pays Bas à un moment donné ont interdit le don du sang aux hommes ayant eu des relations homosexuelles.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par SG70 31 Mar 2015 - 13 H 56
    Photo du profil de SG70

    Teins puisqu’on cause du CCNE on ouvre les paris sur l’extension de la PMA aux lesbiennes ?
    😀 (non pas que je trouve cela risible mais bon…)

    Signaler ce commentaire

     
  • Par bigben254 31 Mar 2015 - 14 H 10
    Photo du profil de bigben254

    Dans la conclusion du rapport du CCNE, il est tout de même souligné que « les contre-indications du don de sang liées à des comportements sexuels à risque devraient être fondées sur l’évaluation d’un risque pour un individu, en prenant en compte ses conduites, plutôt que de porter sur les groupes à risque ». C’était la même position énoncée en 2002 par le même comité. Je trouve ça encourageant, même si, en tant que comité d’éthique, et non scientifique, leur décision est de ne pas préconiser une ouverture sans études préalables… Pour aller dans ce sens, et en grossissant un peu le trait, si le groupe des « hommes déclarant avoir eu des relations sexuelles avec un ou plusieurs homme(s) » est aujourd’hui classé à risque du fait « d’une prévalence et une incidence de l’infection par le VIH très supérieures à celles de la population générale prise dans son ensemble », n’oublions pas qu’il en est peut-être statistiquement de même pour le groupe des hommes (qu’elle que soit leur comportement sexuel) par rapport à l’ensemble de la population… Jusqu’à preuve du contraire, on n’a pas encore interdit pour autant de manière permanente aux hommes de donner leur sang. D’où la conclusion du CCNE : pas de discrimination d’un groupe, mais davantage des conduites propres à chacun. Elémentaire, non ?

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Degmi 31 Mar 2015 - 15 H 07
    Photo du profil de Degmi

    Aucune légitimité démocratique, aucune légitimité scientifique, aucune légitimité intellectuelle. Et un gouvernement qui se couchera comme il le fait toujours quand il s’agit de nos droits…

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Marin 31 Mar 2015 - 15 H 26
    Photo du profil de Marin

    Bon bah je continuerai de mentir.
    Et d’un point de vue de santé publique, on devrait au contraire ouvrir l’accès au don du sang aux homosexuels et les contacter en cas de résultats positifs. La limitation de la propagation du VIH n’entrainerait pas des économies qui compenserait largement les frais de vérifications pour les poches de sang contaminé?

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Hastur 31 Mar 2015 - 15 H 51
    Photo du profil de Hastur

    Le comité ne veut pas prendre de risque et se voir accuser d’avoir provoqué un potentiel risque de santé publique si par malheur une personne transfusée était contaminée et que le donneur s’avérait être gay.
    La ministre de la santé va évidemment suivre l’avis du comité, pour les mêmes raisons et parce qu’en plus cela lui est facile de se planquer derrière celui-ci.
    Les mecs gays qui baisent sans capotes (qui se fichent généralement du désir de leurs semblables de donner leurs sang) vont continuer et par conséquent la prévalence des contaminations parmi les HSH sera, encore, plus élevée parmi les HSH que dans la population normale.
    Résultat tout le monde reste sur ses positions et pour longtemps encore, tant que les positions des trois parties seront les mêmes, ou qu’une percée médicale historique n’aura pas eu lieu, les gays resteront exclus du don du sang,
    Triste, mais finalement pas si surprenant que ça…
    Par contre, il faudra m’expliquer pourquoi le don d’organe n’est pas lui aussi sujet à une exclusion des HSH (en tout cas pas à ma connaissance) or les risques me semblent les mêmes…?

    Signaler ce commentaire

     
    • Par Tortue33 31 Mar 2015 - 16 H 54
      Photo du profil de

      Le don d’organe est un cas à part, il s’agit d’une urgence vitale pour laquelle il y a extrêmement peu de donneurs pour une forte demande de receveurs.
      Trouver du sang ce n’est n’est pas simple, mais on y arrive toujours, les problèmes de compatibilités sont moindres (un petit O+, donneur universel, fastoche c’est dans la poche), mais trouver un foie, un rein, un coeur c’est déjà plus difficile.
      Ajouter au fait qu’il faut que le donneur soit HLA compatible (là ça devient coton…).
      C’est pourquoi pour bcp de maladies, pas uniquement le VIH, mais aussi CMV, toxoplasmose, etc…même si le risque existe, voir la maladie est présente (ex toxoplasmose ou CMV) on va quand même greffer.
      Trouver un donneur compatible dans le cas d’une greffe d’organe est trop complexe (2 -3ans voir plus d’attente), donc quand un foie compatible arrive, on ne va pas le laisser passer même si le donneur était malade, on ne sait pas si on retrouvera un foie HLA compatible un jour.
      Et tu comprendras aisément, que sans foie un humain ne va pas très loin…

      Signaler ce commentaire

       
    • Par SG70 31 Mar 2015 - 16 H 58
      Photo du profil de SG70

      @patricebroca (aka Hastur)
      Pour le sang, même si certes pour certains groupes atypique le stock est parfois préoccupant lors de périodes besoins ie (hypothèse perso) les périodes de l’année ou les gens font la fête et prennent la voiture bourrées – syndrome du "moi je maitrise, moi" ou du "rien à branler des autres" – ou quand le mauvais temps augmente l’accidentologie, le fait est que tu ne te trouves pas avec une liste d’attente pour du sang (encore heureux).
      In fine je pense que c’est le fait que dans le cas de la transplantation d’organes il n’y a de toute façon, vu la nécessité d’agir très vite, 48 heures max je crois, pas moyen de garantir à 100% quoi que ce soit que le corps médical ferme les yeux, du coup l’homosexualité (mais pas que) devient accessoire.
      D’ailleurs pour le receveur impossible de connaitre son donneur (t’imagines le raciste qui apprends que son foi vient d’un "negro" (note : usage volontaire d’un terme péjoratif, faut se mettre dans la peau du personnage…).
      Le clou c’est qu’il existe apparemment (je l’ai pas lu) un décret de 2006 qui indique que les organes de personnes séropositives ou porteuses d’une hépatite peuvent être prélevés et réimplantés sur des patients atteints des mêmes pathologies car cela n’aggrave pas leur cas et cela peut leur permettre de gagner quelques mois ou années de vie.

      Signaler ce commentaire

       
    • Par Biel 31 Mar 2015 - 19 H 34
      Photo du profil de Biel

      @Hastur
      Mais par exemple le don de moelle osseuse est interdit, en tout cas ce qu’on m’a dit. Et dire que j’ai une amie qui a reçu un don d’un homo américain il y a dix ans.

      Signaler ce commentaire

       
  • Par cat 31 Mar 2015 - 18 H 03
    Photo du profil de cat

    « Jean-Claude Ameisen a insisté sur les chiffres de l’incidence du VIH (le nombre annuel de NOUVEAUX cas dans un groupe donné) qui est 200 fois plus élevée chez les HSH que chez les hétérosexuels. »
    et si on calculait le même rapport entre hétérosexuelles et lesbiennes ! on interdirait les hétérosexuelles ? (parce que ce n’est pas 200 fois plus, mais bien bien plus)
    je trouve ça un peu fort qu’on m’interroge et on me fasse confiance et qu’on refuse la même chose à un HsH

    Signaler ce commentaire

     
    • Par yaki 01 Avr 2015 - 19 H 53
      Photo du profil de yaki

      @cat
      Je pense que le raisonnement est le suivant : les PD (j’emploie le terme volontairement, parce que le CCNE pratique une forme d’homophobie), les PD donc, ont forcément honte de leur pratique et en plus, ils baisent comme des lapins (je sais c’est pas gentil pour les lapins), alors ils mentiront aux questionnaires. On ne peut pas leur faire confiance, tandis qu’une lesbienne, de toute façon, ça n’a pas de sexualité (ben oui, la vraie sexualité implique forcément un homme), donc on peut y aller les yeux fermés.

      Signaler ce commentaire

       
  • Par Schtroumpf grincheux en a marre du politiquement correct de Gauche :-) 31 Mar 2015 - 18 H 27
    Photo du profil de

    le CCNE encore un comité Théodule ça non ???

    Signaler ce commentaire

     
    • Par SG70 31 Mar 2015 - 18 H 44
      Photo du profil de SG70

      @jeremcho -aka the one and only :D)
      Oui c’est un peu ça, mais en pire car pour eux il y à deux dieux, dieu (l’unique pas si unique pour le coup) et eux…
      Bon ok ça fait plus de deux pour le coup…
      .
      Il y a trois sortes de mathématiciens : ceux qui savent compter et ceux qui ne savent pas. (Benjamin Doreca)

      Signaler ce commentaire

       
  • Par Marin 31 Mar 2015 - 19 H 08
    Photo du profil de Marin

    Je viens de penser à un truc! Si jamais le truvada ou similaire se généralise, les dons de sang des personnes en prenne (essentiellement les HsH j’imagine) seraient exclue du don de sang? (parce que personnellement je n’aimerai pas me retrouver avec une poche de sang pleine d’antirétroviraux masquant peut-être une infection VIH qui serait devenu indétectable lors des tests mais reprendrait de plus belle chez le transfusé ne prenant pas d’antirétroviraux).
    Donc si on exclu les homosexuels contaminés, les homosexuels qui ne se protègent pas (pratique à risque), et les homosexuels qui se protègent avec le truvada, il restera encore beaucoup de candidats pour le don du sang?

    Signaler ce commentaire

     
    • Par SG70 31 Mar 2015 - 19 H 16
      Photo du profil de SG70

      @salutmarin
      il restera déjà moi et mon époux…

      Signaler ce commentaire

       
    • Par Schtroumpf grincheux en a marre du politiquement correct de Gauche :-) 31 Mar 2015 - 20 H 16
      Photo du profil de

      et moi aussi

      Signaler ce commentaire

       
    • Par Thôrr 31 Mar 2015 - 20 H 52
      Photo du profil de Thôrr

      🙂 @Salutmarin
      En fait c’est un peu plus complexe, un mec séronégatif qui prends du Truvada pour se protéger en amont d’une relation peut être à risque, ce mec quand il va donner son sang, lorsque celui-ci sera analyser on ne fera pas de recherche pour savoir si le donneur est sous antirétroviraux, on fera juste une recherche du VIH, ci cette dernière est négative, la poche de sang sera bonne à être transfusé. Moi, si je vais donner mon sang et que je ne précise pas que je suis séropo, lors de la vérification, cela se verra tout de suite, mon sang ayant le marqué le virus dans mon corps et ce même si ma charge virale reste indétectable, je reste marqué parce que mes défenses immunitaires ont marqué le VIH lorsque j’ai été contaminé.
      Si un jour, on trouve le vaccin contre le VIH, même si on me vaccine, mes défenses immunitaires garderont toujours en mémoire le VIH dans mon sang, même si ce dernier ne serai plus contaminant.
      Ce qui est hypocrite dans le discours du CCNE c’est d’interdire pendant 4 mois les hétéros qui ont de multiples partenaires et d’interdire de façon permanentes les gays qui ont des conduites irréprochables dans lors de leurs rapports sexuels en se protégeant en permanence, voilà où est l’hypocrisie des ces gens là, qui sans doute sont quelque part homophobes… 😉 …

      Signaler ce commentaire

       
    • Par Th C 31 Mar 2015 - 22 H 48
      Photo du profil de

      @thorr +1
      En effet, en clair:
      un hétéro qui « … » une prostituée sans préservatif -> ça va mais faut attendre quatre mois.
      un gay célibataire depuis x mois ou en couple stable -> olala, soyons prudent, mieux vaut les exclure à vie.
      Je ne suis pas forcément opposé à l’idée d’exclure les gays du don du sang (car les risques de contracter le VIH à son insu, par infidélité de son partenaire, est bien plus grand chez les gays que chez les hétéros), mais la différence de traitement entre les hétéros et les gays est dégueulasse et humiliante.
      On tape sur les gays parce que c’est simple, mais on accepte secrètement des hétéros qui ont fait des trucs pas nets, parce que faut pas les vexer.
      Je pense que le jour où on exclura à vie les hétéros qui sont déjà allé voir des prostituées, beaucoup de voix se lèveront contre tout à coup.

      Signaler ce commentaire

       
    • Par Thôrr 31 Mar 2015 - 22 H 59
      Photo du profil de Thôrr

      @Th C
      Voilà le paradoxe entre gays et hétéros, un bi si il n’a pas envie de dire qu’il est bi, il va se déclarer ni plus ni moins en hétéro. Un bi qui ne fait pas attention et qui ne se protège que modérément et un individu à haut risque car il contamine à la fois chez les mecs et chez les nanas, bref il vaut mieux sortir couverts c’est sans risque… 😉 …

      Signaler ce commentaire

       
    • Par Thôrr 31 Mar 2015 - 23 H 01
      Photo du profil de Thôrr

      🙂 @Th-c
      Lire ci-dessus… 😉 …

      Signaler ce commentaire

       
    • Par SG70 01 Avr 2015 - 13 H 16
      Photo du profil de SG70

      @thorr
      Un gay s’il n’a pas envie de dire qu’il est gay a autant de facilité (ou de difficulté, question de point de vue) pour déformer la réalité.
      Le bi comme passerelle pour le VIH entre hétéro et homo lol, celle la je la connaissait pas, heureusement que je te connais assez bien pour savoir que de ta part c’est une analyse objective, pas un préjugé.

      Signaler ce commentaire

       
    • Par Michel 10 Avr 2015 - 11 H 52
      Photo du profil de Michel

      @Törr Attention : on ne demande pas « êtes-vous gay, bi etc. ?  » mais « avez vous (eu) des rapports sexuels avec d’autres hommes ?  » A l’institut français du sang on ne parle pas de LGBT mais de  » HSH » (Hommes ayant des rapports Sexuels avec des Hommes). Mais tu as raison, que l’on soit bi ou gay, on peut le cacher. Et certains le font. Et c’est d’ ailleurs pour cela que certains, à l’IFS même, penchent pour une évolution de la législation : autoriser moyennant une campagne de responsabilisation et un questionnaire plus précis que l’actuel. Je continue à penser que tant que la prévalence au HIV sera 200 fois plus forte chez les HSH que chez les autres, il vaut mieux s’abstenir. Et je trouve que les assoc. LGBT plutôt que de crier à la discrimination là où il n’y en a pas, feraient mieux d’utiliser leur énergie à sensibiliser les HSH et de leur expliquer pourquoi ils doivent s’abstenir et aussi de mettre le paquet sur la prévention, bien délaissée, en direction des gays et bi, jeunes et moins jeunes. C’est ma position, je n’en démordrai pas, même si je sais que je suis ultra minoritaire.

      Signaler ce commentaire

       
    • Par Th C 31 Mar 2015 - 23 H 06
      Photo du profil de

      @thorr

      Je m’interroge aussi, les rares contaminations par transfusion sont-elle le fait d’omissions/mensonges dans le questionnaire des hétéros, ou est-ce à cause des contaminations à l’insu du donneur/donneuses?
      Quelle est le nombre de contaminations à l’insu du partenaire chez les gays dans les couples monogames?
      Voilà une étude qui appporterait au débat et qui permettrait de trancher la question de l’exclusion (temporaire) des couples gays stables, plutôt qu’un enième avis d’une commission sans aucune qualification scientifique.
      Le risque supposé est-il réel?

      Signaler ce commentaire

       
    • Par Schtroumpf grincheux en a marre du politiquement correct de Gauche :-) 01 Avr 2015 - 11 H 30
      Photo du profil de

      tu arrives un peu trop vite à l’homophobie mon poulet lol . Je pense (enfin ça n’engage que moi !) que ces gens appliquent tout simplement et tout bonnement le principe de précaution. C’est votre pote Jacques Chirac qui si je ne m’abuse à fait inscrire ce principe dans la Constitution. non ?
      je vous raconte vite fait une petite anecdote j’étais sur la place de la Comédie avec mon compagnon ( 7 ans avec le même mec c’est long , non je déconne 🙂 et un petit puceau de la 20 aine vient nous voir en nous demandant si on ne voulait pas donner notre sang. je lui a dit tout net: » Mais vous rigolez , je veux bien donner mon sang( mon ami et moi nous sommes O négatif) mais votre sinistre de la santé nous discrimine , mon compagnon et moi . ça fait 7 ans que je suis avec le même mec mais la mère Touraine ne veut pas du sang des gays donc qu’elle aille se faire …  » . C’est ce que je lui ai dit à ce petit gars. et il est reparti tout penaud le pauvre lol , lol.
      Donc je suis à 100 % pour l’exclusion des gays qui se font exploser le derche sans capote tout en prenant du truvada . Mais les autres non je trouve ça vachement dégueulasse. Les innocents qui payent pour les coupables , je commence à en avoir un peu marre .

      Signaler ce commentaire

       
    • Par Marin 05 Avr 2015 - 23 H 07
      Photo du profil de Marin

      @Thôrr
      merci pour se rafraichissement! J’avais oublié le test de recherche d’anticorps !

      Signaler ce commentaire

       
  • Par Michel 31 Mar 2015 - 20 H 06
    Photo du profil de Michel

    @SG70 et @biel Sauf que garder la poche plus de 15 jours avant de faire le test ne change rien à l’affaire. Si le donneur a été contaminé moins de 15 jours avant le don, le virus reste indétectable dans son sang même si on attend 3 semaines pour tester la poche. Et c’est bien là le problème. C’est pourquoi il y a un questionnaire. Sauf qu’un questionnaire , c’est jamais fiable à 100 % Et malheureusement entre un hétéro qui ne dit pas toute la vérité (il y en a) et un gay qui fait de même, c’est ce dernier qui fait courir le plus de risques. N’oublions pas : 60 % des découvertes annuelles de séropositivité en France proviennent d’hétéros et 40% de gays. Or les gays ne représentent pas 40 % de la population. Je suis désolé, pour moi, ce n’est pas une discrimination mais une sage précaution (je précise que je suis gay) . Je crois que c’est le fait d’être beaucoup discriminés par ailleurs dans tous les domaines qui conduit les gays à voir de la discrimination même là où il n’y en a pas . Et imaginons que le don du sang soit ouvert aux gays et qu’il y ait des accidents de transfusion. Vous imaginez les conséquences sur la communauté, surtout en ce moment ? Je me souviens encore des manifestations de l’association des transfusés au début de l’épidémie avec des banderoles clairement homophobes nous accusant d’être à l’origine du sida. Veut-on que ça recommence ? Et en pire ? Alors oui, je pense que dans ce domaine, il faut se méfier du militantisme (je suis miliatnt associatif gay) qui peut être, parfois, aveugle. Je voudrais, pour finir, dire que les pays qui ont ouvert le don du sang aux gays l’ont fait de façon parfaitement hypocrite : abstention de rapports sexuels pendant 5 ans ou un an etc Tu parles d’une ouverture !

    Signaler ce commentaire

     
    • Par Biel 31 Mar 2015 - 21 H 18
      Photo du profil de Biel

      @Michel
      Mais je suis globalement d’accord avec toi, le militantisme ne devrait pas avoir sa place dans une question aussi délicate.

      Signaler ce commentaire

       
    • Par Thôrr 31 Mar 2015 - 22 H 45
      Photo du profil de Thôrr

      🙂 Reymi75
      Ce n’est pas faux ce que tu dis mais ce n’est pas juste non plus, lorsque la poche de sang part à la vérification, la pochette est codifiée, ce code permet en cas de problème de retrouver le donneur.
      je prends le cas d’un donneur hétéro, qui ne dit pas la vérité sur le questionnaire, il donne son sang alors que ce dernier a été contaminé il y a 10 jours, bien sur rien n’est détecté lors de l’analyse, le même jour, le même lieu un gay fait pareil son sang n’est pas contaminé, l’analyse ne détecte rien… 2 mois plus tard salle d’opération, brusquement on a besoin de sang, la pochette de l’hétéro contaminé est amené ainsi que la pochette du gay non contaminée ainsi que 3 autres pochettes de sang du même groupe identique pour les 5 poches. 3 mois après le transfusé n’est pas bien, on lui fait des analyses de sang y compris VIH, on annonce au transfusé que son sang à été contaminé par le VIH lors de la transfusion pendant l’opération qu’il a subit 3 mois avant, j’ajoute que les poches de sang sont chauffées après vérifications pour enlever tout risque, mais parfois cela ne suffit toujours pas et le risque zéro n’est pas toujours atteint.
      Grace à la codification des pochettes de sang on va retrouver les 5 donneurs, on va leur faire a nouveau un test de dépistage avec un questionnaire beaucoup plus poussé que celui qui a été fait lors du don du sang. Dans ce cas, même si le gay qui n’a pas dit toute la vérité au premier questionnaire et qui de ce fait sera mis dans la catégorie des interdits permanents même si son don du sang n’est pas contaminé et notre hétéro qui lui sera également mis dans les interdits permanents pour n’avoir pas dit également la vérité et qui en plus sera accusé d’avoir contaminé une personne par son don et devra sans doute payer des dommage et intérêts au transfusé je préférerai être à la place du gay.
      Ce que je conteste et je le dit plus haut, c’est l’hypocrisie du discernement du CCNE, un hétéro sera interdit pendant une période de 4 mois parce qu’il a de multiples partenaires et qu’un gay lui est d’office interdit permanent.
      A mon avis un hétéro a multiples partenaires est beaucoup plus dangereux dans son comportement sexuel qu’un gay qui se protège dans tout ces rapports sexuels.
      Le CCNE aurait dû également recommandé de mettre en interdit permanent tout hétéro ayant des rapports avec de multiples partenaires.

      Signaler ce commentaire

       
    • Par Thôrr 31 Mar 2015 - 22 H 48
      Photo du profil de Thôrr

      🙂 @Michel
      voir ci-dessus… 😉

      Signaler ce commentaire

       
    • Par Th C 31 Mar 2015 - 22 H 57
      Photo du profil de

      @thorr encore +1.
      Mais si on imposait l’exclusion à vie aux hétéros comme aux gays, il n’y aurait plus aucun donneur.
      Moi je demande juste une égalisation des délais de précautions. L’exclusion à vie n’a aucune base scientifique.

      Signaler ce commentaire

       
    • Par Thôrr 31 Mar 2015 - 23 H 09
      Photo du profil de Thôrr

      @Th-c
      🙂 en fait, des analyses plus poussées lors du don du sang peuvent révéler si la personne a été contaminée dans les 48 à 72 heures avant le don du sang ce qui mettrait les gays, les bis et les hétéros sur le même pied d’égalité mais ces analyses étant plus chers, on préfère continuer avec les analyses actuelles et de se privé de réserve de sang conséquentes… 😉 …

      Signaler ce commentaire

       
    • Par SG70 01 Avr 2015 - 13 H 00
      Photo du profil de SG70

      @reymi75 (aka Michel)
      Je ne conteste absolument pas la logique (je déplore de constater une telle prévalence du VIH chez les G et je suis pas tendre avec ceux qui se vantent de baiser sans protection) mais la justification et la mise en œuvre inepte.
      Ce serait une sage précaution si l’arbitrage était pas aussi nul.
      Le questionnaire c’est :
      "Si dans le 4 dernier mois
      -changer de partenaire sexuel(le)
      -Eu plus d’un(e) partenaire sexuel(le)
      -Eu une relation sexuelle avec un(e) partenaire occasionnel(le)
      -Eu une infection sexuellement transmissible (IST) dont la syphilis
      Si vous avez eu des relation sexuelles entre hommes
      "
      .
      A quoi bon établir une fenêtre de 4 mois pour les quatre premiers cas et une condamnation à vie pour le dernier point ?
      C’est sous-entendre que le pédé (terme volontairement péjoratif) ça ment comme ça respire et ça trompe à tout va ?
      Donc si je comprends bien, cela signifie que mon voisin si mignon que j’ai sauté en 1988 et qui depuis vit une vie de parfait hétéro (l’aurais-je dégouté ? :D) n’aura jamais le droit de donner alors qu’il est marié et fidèle depuis plus de 10 ans ?
      Mais vindiou si je pense à tous les hétéro que j’ai initié j’en ai foutus en l’air des donneur potentiel moi, chuis une vraie menace pour la société médicale en fait…
      Mais franchement peut-on faire plus débile comme arbitrage ???
      .
      Mais bon je te concède volontiers l’argument de la fenêtre sérologique… je continuerait donc à mentir en France pour donner, entre la mauvaise conscience de sciemment mentir à un questionnaire et l’obligation morale personnelle de donner j’ai fais mon choix, enfin sauf les fois ou mouvement d’humeur oblige quand on m’accoste avec un grand sourire avec un "vous voulez pas donner votre sang ?" les jour de collectes je réponds d’un ton acerbe "non chuis de la merde moi pour vous, chuis pédé…."

      Signaler ce commentaire

       
    • Par Melos 01 Avr 2015 - 15 H 38
      Photo du profil de

      L’information qu’il faut lire entre les lignes (mais qu’il faut surtout retenir !!! ) c’est que @sg70 est un véritable tombeur 😀

      Et salut @Thorr, Muxu.

      Signaler ce commentaire

       
    • Par Melos 01 Avr 2015 - 15 H 45
      Photo du profil de

      @sg70

      PS :

      -« quand on m’accoste avec un grand sourire avec un « vous voulez pas donner votre sang ? » les jour de collectes je réponds d’un ton acerbe « non chuis de la merde moi pour vous, chuis pédé…. » Ce n’est pas la personne qui vient te solliciter qui est responsable de la politique de l’ EFS, elle ne fait qu’appliquer les consignes. Si ça se trouve cette personne est elle-même homo. Bref, ça ne sert pas à grand-chose d’envoyer promener les infirmières/infirmiers qui vient faire la collecte du sang.

      Signaler ce commentaire

       
    • Par SG70 01 Avr 2015 - 16 H 09
      Photo du profil de SG70

      @melos
      Ton acerbe ne signifie pas que j’envoie chier avec pertes et fracas (ça je me permettrais pas) mais juste que je fais comprendre ce que je pense de cette politique dans l’espoir que l’info sera remontée, en dépit de ce que l’on pourrais imaginer je suis capable à de rares moments de faire preuve de nuances…(en gros le ton est acerbe mais je souris suffisamment en coin pour faire comprendre que le message n’est pas personnel)
      Et je te rassure, en générale je tombe sur des personnes qui sont du même avis et qui comprennent et partagent mon indignation, une fois, une seule, je suis tombé sur un type qui m’a rétorqué que "en même temps si on étaient un peu plus normal on aurait pas ces soucis", dans son cas spécifique je t’avoue que j’ai fais preuve de moins de retenu…
      PS Ça fait du bien de te voir de nouveau ici, on s’ennuyait presque…

      Signaler ce commentaire

       
    • Par Melos 01 Avr 2015 - 16 H 19
      Photo du profil de

      Je m’en doutais bien Mister Tombeur 😀 (aka @sg70) et oui je maîtrise le « aka » comme quoi tout arrive.

      Merci pour ton PS.

      Signaler ce commentaire

       
    • Par Sokar 01 Avr 2015 - 17 H 22
      Photo du profil de Sokar

      c’est toi qui appelles les autres « Mister Tombeur » @Melos

      Signaler ce commentaire

       
    • Par Melos 01 Avr 2015 - 17 H 31
      Photo du profil de

      @sokar

      Heu oui lol 😀

      Qu’est-ce que tu sous-entends mon « petit » Léopard des neiges ?

      PS : Ne pas se fier à la photo de l’avatar, c’est un piège 😀

      Signaler ce commentaire

       
  • Par Michel 01 Avr 2015 - 11 H 28
    Photo du profil de Michel

    @Thorr CITATION  » Ce n’est pas faux ce que tu dis mais ce n’est pas juste non plus, lorsque la poche de sang part à la vérification, la pochette est codifiée, ce code permet en cas de problème de retrouver le donneur. »
    REPONSE : retrouver le donneur séro+ c’est bien, mais après que son sang a contaminé un malade, tu parles, quel grand bénéfice !
    CITATION :  » j’ajoute que les poches de sang sont chauffées après vérifications pour enlever tout risque, mais parfois cela ne suffit toujours pas et le risque zéro n’est pas toujours atteint.
    REPONSE : cette affirmation, comme celles de beaucoup de gays militants pour le don du sang, prouve que techniquement, tu n’ y connais rien. Pardonne-moi, je sais que ce que je dis est un peu brutal, et je te prie de n’y voir aucun jugement de ma part. Le sang prélevé est chauffé s’il est destiné à fournir des dérivés sanguins tels que les plaquettes pour les hémophiles. En revanche, ON NE PEUT PAS CHAUFFER le sang frais destinés aux personnes ayant perdu le leur (accidents, opérations)
    CITATION : « A mon avis un hétéro a multiples partenaires est beaucoup plus dangereux dans son comportement sexuel qu’un gay qui se protège dans tout ces rapports sexuels. »
    REPONSE : Peut-être ? Et encore. Car 0,4 % de séropos chez les hétéros (mettons même 1 %) + ou – 15 % plus chez les hétéros. De plus : « un gay qui se protège dans tout ces rapports sexuels  » Donc qui met une capote systématiquement, même pour une simple fellation (active ou passive). ? Il ne restera pas grand monde ! Encore une fois, le problème, c’est que pour ces fameux 15 jours ou le VIH reste indétectable (la fenêtre aveugle), on n’a que le déclaratif. On n’est jamais sûr de la justesse des réponses. Alors, comme on ne peut pas éliminer tout le monde , on élimine le groupe où le taux est le plus élevé. Et je vais ajouter encore une chose s’agissant de la sincérité des déclarations : en 2012, sur tous les dons du sang, 32 pochettes se sont révélées contaminées (source officielle de l’Institut Français du Sang). Grâce à l’étiquetage ont a retrouvés les donneurs/ses : 15 hétéros et 17 garçons gays qui avaient réussi à cacher leur homosexualité. Première réflexion : 50 % des lots contaminés provenaient des donneurs gays qui devaient représenter à peine 1% des donneurs (vu que les gays sont une minorité et que de plus, il faut être au courant de l’exclusion et cacher sciemment son homosexualité), ça en dit tout de même long. Deuxième réflexion : ces gays séro+ qui l’ignoraient n’étaient pas des criminels, ils n’ont pas donné leur sang dans le but de contaminer. Ils n’ont pas dit qu’ils étaient homos mais ils ont répondu aux autres questions et ils avaient donc l’impression d’avoir été safe ou clean comme on dit. Et pourtant ! Cela montre les limites d’un questionnaire. Alors oui, il vaut mieux éliminer un groupe à forte prévalence HIV +. Commençons par réduire les contaminations chez les gays et après,on verra. mais pour le moment, c’est mal barré

    Signaler ce commentaire

     
    • Par Th C 01 Avr 2015 - 13 H 07
      Photo du profil de

      @reymi75
      Question : Si 17 gays ont ressenti le besoin de mentir, le questionnaire était-il efficace ?
      Réponse : Non, le questionnaire INCITE certains à mentir. Il n’est pas donc pas efficace. Les gens devraient pouvoir se confier totalement au médecin.

      Dans ma période pas très glorieuse, j’ai aussi connu un jeune gay, totalement caché, qui prétendait non seulement être hétéro, mais t’en qu’à faire, prétendait aussi être vierge. Il m’avait sucé alors que j’avais pris un gros risque avec un plan deux semaines avant (donc potentielle primoinfection ultracontaminante, je n’y avais pas pensé sur le coup). Comme il s’était dépisté un jour plutôt, et qu’il pensait qu’une fellation c’était clean, il allait mentir de toute gaité de cœur au médecin de l’EFS une semaine plus tard. J’ai du le supplier d’attendre 6 semaines, sinon il n’aurait rien dit au médecin. Et ce n’était pas la première fois qu’il le faisait.
      Bref ton argument prouve que cette politique qui pointe les gays du doigt est dangereuse.

      Signaler ce commentaire

       
    • Par Thôrr 09 Avr 2015 - 19 H 48
      Photo du profil de Thôrr

      🙂 Voilà j’ai été ces jours-ci très occupé par la préparation des fêtes de Marinela ici dans ma bourgade du Pays Basque, donc ma réponse un peu tardive aux commentaires que vous m’avez fait.
      @Reymi75
      Le fait de retrouver un donneur qui a donné du sang contaminé et que le transfusé peut se retourné juridiquement contre ce donneur et ne plus se retourné contre le centre de transfusion qui lui n’avait pas les moyens de détecté une poche de sang d’un donneur contaminé par le VIH de moins de 15 jours…
      @Sg70 Non je te rassure je n’ai aucun préjugé contre les « bi » certains m’ont même séduit… enfin bref n’y pensons plus, je vais encore pleurer… lol… c’est une remarque objective et la contamination chez les différentes façon des pratiques sexuelles ne sont pas du tout de la faute des bi…
      @Melos
      Muxu à toi aussi, je te confirme Sg70 est bien un tombeur, il m’a fait parvenir un lien au sujet d’une tarte aux pommes ou l’on voyait assis à la table le Sieur Sg70 et devant lui la tarte aux pommes, bref je me serai bien fait la tarte aux pommes en guise de 4 heures et SG70 en guise de longue, longue soirée… lol… 😀 … En parlant de tombeur, il parait que tu en es un aussi mon cher Melos, je le sais de quelqu’un qui te connais, j’attends toujours que tu m’envoies ta photo sous plis discret… 😛 … Muxu à toi aussi @Sokar … 😉 …

      Signaler ce commentaire

       
    • Par SG70 09 Avr 2015 - 21 H 59
      Photo du profil de SG70

      @Thorr
      LOL je confirme que la tarte aux pommes était succulente !
      (et je rougis…)

      Signaler ce commentaire

       
    • Par Michel 10 Avr 2015 - 12 H 03
      Photo du profil de Michel

      @Thôrr J’espère que la fête a été réussie. Je ne connaissais pas la disposition juridique qui fait que le receveur peut se retourner contre le donneur. Tu es sûr de cela ? Effectivement cela peut inciter un gay inconscient qui, cachant ce qu’il est parvient à donner son sang alors qu’il n’a pas complètement été safe. Mais ce genre de mesure, si elle est connue du grand public, peut aussi faire peur à tou-te-s les donneurs/ses. Un certain nombre peut se dire :  » je pense sincèrement ne faire courir aucun risque, n’avoir aucune maladie, mais sait-on jamais  » On ne donne pas son sang pour se retrouver au tribunal. Et c’est tout de même une atteinte au principe absolu de l’anonymat du donneur et du receveur (valable aussi pour le don d’organes) . Tu es vraiment sûr de la réalité de cette disposition ? Quel article du code de santé ? Quelles sont tes sources ?

      Signaler ce commentaire

       
    • Par Thôrr 11 Avr 2015 - 13 H 54
      Photo du profil de Thôrr

      🙂 @Reymi75

      En fait je me suis quelque peu trompé mais de pas beaucoup, l’explication sera assez longue mais intéressante.
      Le donneur d’un don du sang contaminé de moins de 15 jours sera sans doute mis en cause et poursuivi juridiquement par plainte contre lui par le centre de transfusion où il a donné son sang.

      INDEMNISATION endroit commun:
      Responsabilité civile, en matière quasi délictuelle, responsabilité du gardien d’un produit contaminé, art 1384, alinéa 1 du code civil qui dit ceci: On est responsable non seulement du dommage que l’on cause par son propre fait mais encore de celui qui est causé par le fait des personnes dont on doit répondre, ou des choses que l’on a sous sa garde.
      La responsabilité revient donc aussi au donneur du sang contaminé puisqu’il est le premier gardien de ce produit « nocif ».
      Responsabilité pour faute d’imprudence, de négligence ou d’inattention des articles 1382 et 1383 du code civile, tel serai le cas d’un individu qui se sait atteint et qui ne prendrait pas de mesure de protection ou qui n’avertirai pas son partenaire sexuel.

      FACILITATION de l’action de la victime en cas de pluralité des centres de transfusion:
      Dans le cas où des produits sanguins ont été élaborés par plusieurs centres de transfusion (dans le cas où un centre de transfusion manque de sang pour un grand blessé et où il fait appel à un autre centre de transfusion pour avoir des pochettes de sang) ayant des personnalités juridiques distinctes, la personne publique mis en cause (ici le ou les centres de transfusion) devant le juge administratif par la victime ou ses héritiers doit être déclarée responsable des dommages si elle n’établi pas l’innocuité des produits qu’elle a fourni.
      Il est cependant possible d’exercer un recours devant la juridiction compétente contre l’autre ou les autres personnes publiques (ici le donneur du sang contaminé) ou morale qu’elle estime coauteurs.

      INDEMNISATION des victimes:
      Les victimes peuvent tout naturellement demander réparation auprès du FOND D’INDEMNISATION institué à cet effet. Néanmoins ils leur est possible de porter leur demande également devant les juridictions administratives et judiciaires selon les conditions de droit commun.
      Dans tous les cas, elles conservent la possibilité d’exercer l’action civile devant les juridictions répressives.

      Effectivement, tu as raison le donneur reste anonyme par rapport au receveur mais il est reste identifiable auprès du centre de transfusion qui se retournera juridiquement contre lui pour fausse information sur le questionnaire qu’il a remis au centre de transfusion lors du don de son sang.

      En ce qui concerne les « mauvais » donneur qui diraient ne pas connaître la loi, le tribunal compétent leur répondra « Que nul n’est censé ignoré la loi ».

      Voilà j’espère que ceci répondra à tes interrogations, en te souhaitant une bonne journée…

      @Melos , @Sg70 , @Sokar et @ Erg ci-dessus pourrait également vous intéresser…

      La fête du quartier de Marinela s’est bien passé avec un magnifique soleil où j’ai pris quelque couleur printanière, muxu à tous… 😉 …

      Signaler ce commentaire

       
    • Par Michel 11 Avr 2015 - 17 H 07
      Photo du profil de Michel

      @thôrr Merci pour ces explications très détaillées. Il n’empêche, que même si ce n’est que l’IFS qui peut se retourner contre le donneur/la donneuse, si ça se sait, cela peut de facto, décourager beaucoup de monde. ça fait tout de même peur. Beaucoup vont se dire : » on ne sait jamais, » ou encore « et si je suis accusé-e à tort ?  » Autre cas : X est en couple stable, n’a aucun rapport sexuel extraconjugal, mais son/sa partenaire Y si, et qui plus est, ne se protège pas toujours. Mais Y cache tout cela à X . Du coup, X a été contamin-ée 8 jours avant de donner son sang, contamine un malade, est retrouvé-e et condamné-e …. Et que dire d’un malade contaminé après avoir reçu plusieurs pochettes de sang . Le quel des donneurs va-t-on poursuivre ? Cette judiciarisation me paraît à l’opposé de ce qu’il faut faire : expliquer et responsabiliser

      Signaler ce commentaire

       
    • Par Thôrr 12 Avr 2015 - 11 H 55
      Photo du profil de Thôrr

      🙂 @Reymi75
      Si tu mets l’accent circonflexe sur le « o » de Thorr je ne serai pas avisé de ta réponse, du reste il faudra que je demande à Xavier qu’il le remette puisque c’est lui qui s’est occupé de la modification par rapport à l’ancien arobase qui avait un notre nom alors que j’apparais sous Thôrr avec la photo de mon chien.
      Pour répondre à ta question, expliquer responsabiliser c’est fait par l’intermédiaire de « Sida Info Service » encore faut-il que les personnes qui leur téléphonent pensent à poser les questions sur l’aspect, juridique.
      Pour ce qui est des conséquences après ça fait effet « boule de neige » ou « domino » le premier domino fera tomber le suivant ainsi de suite jusqu’au dernier, le vrai coupable.
      Dans ton exemple le mari contaminé devra peut-être payer des royalties à ou aux personnes contaminer de son fait mais lui pourra également se retourner contre sa femme pour demander de lui rembourser les royalties qu’il a dû verser aux autres.
      Pour la personne contaminer par plusieurs pochettes, ceux sont tous les donneurs potentiellement contaminés à moins de 15 jours de leur don qui sont responsables.
      Dans ce genre d’affaire le centre de transfusion rappelle tous les donneurs des pochettes transfusé pour refaire les examens sanguins et retrouver les donneurs fautifs.
      Pour le mari contaminé par sa femme cela concerne également les articles 1382 et 1383 du code civil que je cite dans mon message précédent.
      C’est pour ça qu’il ne vaut mieux pas mentir sur le questionnaire à remplir au moment du don du sang parce qu’en cas de problème, le « menteur » aura sa responsabilité engagé et cela risque de revenir cher.
      Autre information qui n’est pas négligeable, c’est que lorsque tu as une opération chirurgicale importante à subir, c’est de demander l’auto-transfusion, tu donnes quelques pochettes de ton sang quelques semaine avant l’opération, celle-ci te seront prioritairement réservé, ainsi si tu as besoin d’être transfusé et que ton sang ait été contaminé quelques jours avant le don, cela n’aurait aucune incident pour toi puisque c’est ton sang que l’on t’injecte et pas celui d’un autre, en plus si tu n’a pas besoin d’être transfusé tes pochettes de sang seront détruites contaminé ou pas, puisque tu émets un doute sur ton sang en demandant l’auto-transfusion…
      Je te souhaite un bon dimanche… 😉 …

      Signaler ce commentaire

       
    • Par Michel 12 Avr 2015 - 16 H 00
      Photo du profil de Michel

      @Thôrr et @Thorr Ben, je ne comprends pas très bien : j’ai toujours mis l’accent circonflexe sur le « o » puisque tu apparais ainsi et tu as toujours été avisé puisque j’ai eu de nombreuses réponses de ta part ?
      Bon dernière réponse de mon côté parce que je serai en voyage pour 2 semaines à partir de demain et ne consulterai pas mes mails 🙂
      Je ne dis pas que ton raisonnement juridique est faux mais je maintiens que cette judiciarisation des actes médicaux (tout droit venue des USA) est pernicieuse. Je pense que l’immense majorité des donneurs/ses ne savent pas qu’ils/elles peuvent être poursuivies, parce que cela en refroidirait plus d’une et à juste titre : qui peut être sûr-e à 100 % d’être en parfaite santé ? Personne, pas même le/la plus honnête. Et je reviens sur l’exemple que je citais et que tu as commenté. Entre le moment du don (contaminé depuis moins de 15 jours) et le moment où l’on recontacte le donneur, il y a forcément plusieurs mois (don du sang …..transfusion….découverte de la séropositivité chez la personne transfusée …recherche du donneur) Le donneur/la donneuse pourra toujours dire : oui, je suis désormais séropositif/ve mais j’ai été contaminé-e peu après le don et non avant et la personne qui a été transfusé-e a été, elle, contaminée peu de jours avant de recevoir mon sang, c’est pour ça que ça ne s’est pas vu ! Imparable . Idem pour un-e transfusé-e ayant reçu du sang de 3 personnes (A B et C) dont deux se révéleront finalement séro+. A dira  » Oui, désormais, je suis séropo+, mais au moment du don, je ne l’étais pas, c’est le sang de B qui a contaminé  » et B fera le raisonnement inverse. Et ces personnes auront peut-être parfaitement raison : c’est parole contre parole et grave risque d’erreur judiciaire. Je le répète : je n’ai jamais entendu parler d’un-e donneur/se poursuivi-e mais si ça se fait, ne serait-ce qu’une fois, je prédis 80 % de dons en moins dans les semaines suivant le procès.
      Je termine sur ta remarque concernant l’éducation : SIS est une organisation remarquable (au passage, ce n’est pas une organisation purement LGBT) qui fait un travail remarquable. Mais sensibiliser, responsabiliser, éduquer, ce n’est pas attendre que l’on vienne à vous (que l’on vous contacte) mais aller vers les autres, communiquer (tracts, réunions publiques, publications, info auprès des jeunes, sur le net, dans les autres médias dans les prises de position officielles, etc.

      Signaler ce commentaire

       
    • Par Thôrr 16 Avr 2015 - 17 H 57
      Photo du profil de Thôrr

      🙂 @Reymi75
      En fait je ne suis pas avisé quand tu mets l’accent circonflexe sur le « o » c’est moi qui viens voir si on a répondu à mes commentaires
      Il faut savoir que dans le cas de pochettes de sang contaminées et transfusées les laboratoires dispose de technique très poussées. Une personne contaminée par la personne « A » lui deviendra la personne « AB », c’est à dire que son virus aura les propriétés de la personne « A » et en fabriquant les propriétés de son nouvel hôte, donc au lieu d’appeler le contaminé « B » on va l’appeler « AB » « AB » va contaminer une autre personne celle-ci sera appeler « aBC » « a » en minuscule parce que ce virus là anciennement « A » sera en minorité par rapport à « B » et à la nouvelle souche « C », « C » déterminant le 3ème contaminé donc « aBC ».
      C’est très complexe à t’expliquer mais je l’ai lu dans une revue spécialisée sur le VIH, le virus change à chaque fois qu’il se trouve dans un nouvel environnement. C’est pour ça que ce n’est pas simple de trouver un vaccin adapter pour tous les contaminés ainsi que les non contaminés.
      Mais toujours est-il que d’une personne à une autre on arrive à retrouver le ou les contaminateurs… 😉 …

      Signaler ce commentaire

       
    • Par Michel 28 Avr 2015 - 11 H 43
      Photo du profil de Michel

      @Thôrr Merci pour l’info (je suis rentré de vacances 🙂 ) Je reste néanmoins opposé à l’ouverture que je juge dangereuse mais aussi à ce que l’on poursuive le/la donneur/se. C’est tout de même un comble d’être poursuivi-e alors que l’on a de bonne foi voulu aider. cette judiciarisation de la médecine (venue tout droit des USA pays des avocats-rois) est redoutable pour les effets pervers qu’elle peut induire

      Signaler ce commentaire

       
  • Par Michel 01 Avr 2015 - 19 H 57
    Photo du profil de Michel

    @SG70 CITATION « A quoi bon établir une fenêtre de 4 mois pour les quatre premiers cas et une condamnation à vie pour le dernier point ?  »
    REPONSE : Certes, cela paraît être une injustice. Mais dans la mesure où il est décidé que l’appartenance excluait du don du sang, il serait encore plus hypocrite de laisser entendre que l’on peut revenir 4 mois plus tard. Et tu ajoutes plus loin que cela signifie que les gays seraient plus menteurs que les hétéros. Eh bien, je ne le ressens pas du tout ainsi. Simplement, je dis et je répète qu’à partir du moment où questionnaire il y a , on a un risque chez tout le monde (hétéros comme gays) de réponses inexactes, ne serait-ce qu’à cause d’une mauvaise appréciation des pratiques, ( il y a des gens très mal informés) et que précisément, dans ce cas, malheureusement, le gay fait courir beaucoup plus de risques que l’hétéro. C’est triste, mais c’est ainsi.
    J’aimerais terminer en disant une chose : je suis un militant gay depuis de très nombreuses années et sur ce point je suis en désaccord avec mes camarades (enfin pas tou-te-s) . Je ne suis pas sûr d’avoir raison, mais je m’exprime en mon âme et conscience. Donner son sang, c’est vouloir sauver des vies, je pense que nous n’avons pas le droit de faire courir le moindre risque – fût-il minime – de communiquer une maladie qui reste très grave. Je ne pense pas qu’il s’agisse d’une discrimination mais tout simplement d’une sage précaution pour le moment. Il se peut que l’avenir me donne tort. J’espère de tout cœur qu’il en sera ainsi et non l’inverse
    .

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Michel 01 Avr 2015 - 20 H 15
    Photo du profil de Michel

    @ Th C
    CITATION :  » Question : Si 17 gays ont ressenti le besoin de mentir, le questionnaire était-il efficace ?
    REPONSE : C’est bien ce que je dis : le questionnaire ne leur a pas permis de prendre conscience qu’ils pouvaient être séropositifs. Car je le répète, je suis certain qu’ils n’ont pas voulu faire courir un risque aux receveurs. Ils étaient sincèrement et totalement persuadés d’être séronegs.
    La seule chose qui est vrai, c’est que l’interdiction du don du sang les a incités à mentir , à cacher leur homosexualité. Et je sais de source sure que c’est une question que se posent certain-e-s responsables de l’ institut français du sang et qui les amènent à remettre en question l’actuelle politique. Mais je persiste à dire que les associations LGBT s’ennobliraient en expliquant pourquoi il est de notre devoir de s’abstenir de donner son sang plutôt que de s’aveugler à voir une discrimination là où, en mon âme et conscience, il n’ y en a pas. Mais je me trompe peut-être (cf ma réponse à SG70)

    Signaler ce commentaire

     
  • Par cb78 02 Avr 2015 - 11 H 18
    Photo du profil de cb78

    La prévalence du sida est plus forte chez les homos que chez les hétéros certes, mais ce n’est pas le fait d’avoir eu un rapport avec un autre homme qui fait d’un homme une personne à risque, c’est le fait d’avoir un comportement sexuel à risque.

    Une digression au passage:
    Je discutais récemment d’une autre confusion entre corrélation et causalité : les musulmans sont majoritaires dans les prisons (corrélation) mais être musulman ne prédispose pas plus à la délinquance (pas de causalité). C’est cette confusion entre corrélation et causalité qui conduit à la stigmatisation. Est-ce qu’on va interdire aux musulmans l’accès à la profession de policier du fait de la corrélation susmentionnée? Ou rétablir le contrôle au faciès ?… J’espère que le CCNE n’aura jamais à se prononcer sur ce genre de questions idiotes (un jour où le FN sera aux affaires, qui sait), car il serait capable de répondre oui au titre du principe de précaution.
    Fin de digression.

    Ici la stigmatisation n’est pas « musulman = délinquant » mais « homosexuel = à risque »… et je pense aussi « homosexuel = immature et pas digne de confiance » (la même stigmatisation qui pousse même des « modérés » à s’ériger contre le mariage pour tous et contre la PMA pour les lesbiennes… se marier et fonder une famille sont des choses sérieuses quand même!)
    En effet, la question à poser aurait dû simplement être sur les pratiques sexuelles à risque ou pas, mais on ne pose pas cette question à mon avis parce qu’on considère qu’un homosexuel ne peut pas y répondre de manière fiable : il doit être considéré comme « à risque » sans autre procès.
    Lamentable !
    … A noter que les homos ne sont pas les seuls à être pris pour des êtres immatures, c’est aussi le cas des femmes sur des questions comme la GPA ou l’IVG (la question du délai de réflexion imposé).

    Signaler ce commentaire

     
    • Par SG70 02 Avr 2015 - 13 H 46
      Photo du profil de SG70

      @cb78
      Merci….

      Signaler ce commentaire

       
    • Par Thôrr 09 Avr 2015 - 19 H 16
      Photo du profil de Thôrr

      🙂 @Cb78 Je suis tout à fait d’accord avec ta réflexion sur la différence entre corrélation et causalité sur que les exemple sont bien compréhensibles. Je suis d’accord aussi avec ton commentaire @EthnoPhilo sur la façon dont les statistique sont établies en France alors que dans d’autres pays elles sont plus proches de la réalité parce que beaucoup plus détaillées… 😉 …

      Signaler ce commentaire

       
  • Par EthnoPhilo 07 Avr 2015 - 22 H 00
    Photo du profil de EthnoPhilo

    Sur la base des données publiées en France, par exemple la prévalences du VIH publiée par l’enquête Prévagay, ou encore l’incidence du VIH publié par l’essai Ipergay, on peut comprendre que les décideurs puissent s’alarmer.
    Ces chiffres sont probablement incontestables, mais personne ne semble se poser la question de l’écart avec les statistiques de déclaration du VIH-Sida, qui pour être largement corrigés des retards ou défauts de déclaration, sont garantis fiables par l’INVS.
    Or avec de tels niveaux d’incidence et prévalence supposés chez les gays, ce n’est pas 3 000 nouvelles découvertes de VIH par an qu’il y aurait probablement chez les gays masculins, mais 10 fois plus, parce que les gays et bisexuels sont statistiquement nombreux, même s’ils sont souvent cachés .
    Quand on consulte des sites étrangers, les statistiques sont détaillées par genre, age, ethnie, localisation, pratique sexuelle, etc, et date d’un an. Et on constate en effet qu’il y a des sous populations particulièrement exposées aux infections récentes difficilement dépistables, et pas que les gays.
    On peut difficilement prendre des décisions scientifiques si on ne connait pas la réalité en détail, surtout si on ne veut pas la connaitre pour des raisons dites éthiques, sinon on ne prend des décisions politiques, ou hasardeuses.

    Signaler ce commentaire

     
  • Vous devez être connecté pour poster un commentaire.