Ni hommes ni femmes, les hijras occupent une place très spéciale en Inde. C’est leur quotidien que veulent raconter Laurie Colson et Axelle Le Dauphin dans Guru, portrait d’une famille hijra.

Pour que leur projet aboutisse, les réalisatrices cherchent à lever 10000 euros. Sur un budget de 87000 euros, elles ont déjà financé 75000 euros, avec l’aide notamment de la Fédération Wallonie-Bruxelles et du Rosa Bonheur. Le tournage est achevé, reste la post-production (montage, musique – par Chloé, ce qui donne encore plus envie de soutenir le projet –, étalonnage, traduction etc.). Elles ont donc lancé une opération de financement participatif sur la plateforme KisKissBankBank.

«Au fil de nos rencontres avec les hijras, nous avons compris qu’au-delà de leur histoire et de leur sensibilité personnelle, c’est leur appartenance au groupe qui racontait le mieux qui elles sont, expliquent les réalisatrices. Régi par une structure hiérarchique complexe, l’axe social des hijras s’articule autour des figures emblématiques de  la nayak (celle qui gouverne), de la guru (celle qui enseigne) et des chelas (celles qui apprennent) et constitue la colonne vertébrale du pouvoir et de la transmission dans cette communauté qui compte aujourd’hui plus d’un million de membres dans tout le pays.»

«Nous avons préparé ce film pendant quatre ans, un temps nécessaire pour pénétrer le monde hermétique des hijras, précisent-elles. Année après année, nous sommes retournées en Inde pour approfondir ces quelques rencontres qui nous avaient souvent éblouies mais que nous savions fragiles. Et c’est ainsi que Silky, croisée à une station de bus des Nilgiris en une fin d’après-midi pluvieuse, est devenue la clé de voûte de ce pari fou. En découvrant son quotidien et les aléas de son existence, en partageant ses déboires et ses fulgurances pendant plusieurs années, nous avons peu à peu vu se dessiner notre envie de faire un film avec les hijras, plutôt que sur les hijras.»

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur trailer

Guru, portrait d’une famille hijra sur Facebook.