Le co-porte parole de l’Inter-LGBT Nicolas Rividi a été particulièrement agacé par le documentaire diffusé dans le cadre de la case Infrarouge de France 2 mardi 24 mars Homo ou hétéro, un choix? et a réagi dans une tribune publiée sur Le Plus.

Selon lui, le film de Thierry Berrod, en cherchant à trouver des causes à l’homosexualité, à travers une enquête sur ses possibles origines biologiques, ou en allant s’interroger sur les comportements de certaines espèces animales, est une nouvelle manière d’agiter clichés et poncifs: «Si l’homosexualité n’est pas un choix, cela signifierait donc que les personnes homosexuelles ne seraient pas responsables de leur comportement social ou sexuel. Youpi! Et après? De façon pernicieuse, on pourrait tout aussi bien retourner l’argument et se dire que si l’on découvrait que l’homosexualité n’a pas d’origine biologique chez l’humain, les gays, les lesbiennes et les bis pourraient être tenus pour responsables de leur orientation sexuelle. Il ne vaut mieux pas imaginer vers quelles extrémités ce genre de quête peut nous mener.»

«En toute franchise, je me moque éperdument de savoir si j’ai choisi d’être gay, conclut finalement Nicolas Rividi. Pour moi, la question est aussi abjecte que si l’on me demandait si j’avais choisi d’être brun ou d’avoir les yeux verts. En revanche, cette société si frileuse, elle, veut savoir. Pour pouvoir déterminer si je suis acceptable, au même titre que d’autres aberrations biologiques, ou si elle a raison de me marginaliser.»

À lire sur Le Plus.