À TROIS ON Y VA
Le triangle amoureux est un des thèmes les plus présents au cinéma. De Jules et Jim à Brothers, le site Cinétraffic a répertorié pas moins de 442 films dont l’intrigue principale ou secondaire porte sur ce sujet. Que ce soit dans la comédie, le drame, le thriller, cette combinaison amoureuse se prête à tous les genres, mais le résultat n’est pas toujours réussi. Alors comment faire du neuf avec? Dans À Trois on y va, le réalisateur Jérôme Bonnel (Le Temps de l’aventure) change la règle du jeu. Charlotte, qui vient d’emménager avec son petit ami Micha à Lille, couche avec Mélodie, une brillante avocate qui «aime faire l’amour tout le temps». Mais ce que Charlotte ne sait pas, c’est que Micha couche aussi avec Mélodie. Évidemment, ce triangle amoureux prête à nombre de situations comiques, et Anaïs Demoustier, qui interprète le personnage de Mélodie, est parfaite dans ce rôle. Le sujet du film n’est pas que Charlotte et Mélodie aime les filles et les garçons. Ce n’est pas le sujet et ça fait du bien. C’est ce qui fait l’attrait du film. Mais c’est aussi sa limite car les sentiments et le sexe peuvent-ils réellement être totalement déconnectés de l’identité? À Trois on y va est plus âpre que ses scènes de quiproquo pourraient le laisser penser. «L’amour n’est pas gai», dit le narrateur (Jean Servais) dans la dernière séquence du Plaisir de Max Ophüls. L’amour à trois est-il possible avant même d’être gai? Pour le réalisateur, cela paraît compliqué en tout cas. Si Jérôme Bonnel présente un trio moderne, le dénouement qu’il propose n’est peut-être pas celui qu’on aurait pu souhaiter.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur A trois on y va

INDÉSIRABLES
Nous n’avions pas pu chroniquer le film de Philippe Barassat, Indésirables, sorti la semaine dernière. C’est le dernier long-métrage de Philippe Barassat (Mon copain Rachid) qui n’avait pas tourné depuis 2006 et Lisa et le pilote. Indésirables, c’est un film coup de poing, en noir et blanc, qui lorgne du côté du cultissime Freaks, réalisé en 1932 par Tod Browning. Sans complaisance ni pathos. Jérémie Elkaïm y incarne un jeune infirmier qui, pour arrondir ses fins de mois, devient accompagnant sexuel pour personnes handicapées. Le réalisateur Rémi Lange est un de ses clients. «Les indésirables, explique-t-il dans une interview sur le site de PinkTV, ce sont tous ces corps “monstrueux”, difformes ou abimés par les accidents de la vie qui ne peuvent ni trouver l’amour ni avoir de relations sexuelles. Ce sont aussi les prostitués et leurs clients qui sont de plus en plus stigmatisés.»

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Indésirables