Il n’a pas eu la carrière d’un Rock Hudson ou d’un Paul Newman. Mais Tab Hunter a fait fantasmer plusieurs générations de femmes et d’hommes, depuis son apparition sur les écrans dans les années 50. Le studio Warner Bros l’avait choisi pour son look typiquement américain. Mais il ne lui offrit que peu de rôles très intéressants (si ce n’est Batlle Cry, de Raoul Walsh en 1955).

AMANT DE RUDOLF NOUREEV
Né en 1931 à New York d’une mère allemande, élevé à la dure à la campagne, Tab Hunter a vécu dans le placard pendant une très grande partie de sa vie, même s’il fut l’amant de personnalités très connues dont Rudolf Noureev ou l’acteur Anthony Perkins.
Dans les années 80, John Waters le fait tourner avec Divine dans Polyester (le premier film en Odorama) et le public découvre ses talents comiques.

Présenté le 16 mars au festival South by Southwest à Austin (Texas) le documentaire Tab Hunter Confidential, de Jeffrey Schwarz (I Am Divine, Vito) revient sur les grands épisodes de la carrière de cet acteur qui n’a jamais cessé de tourner, et qui selon Variety, a toujours cherché à vivre une vie la plus agréable possible. Un documentaire qu’on devrait bientôt voir dans de nombreux festivals de cinéma LGBT.

Si la vidéo n’apparaît pas cliquez sur Trailer for Tab Hunter Confidential on TrailerAddict.