Le site d’informations Mediapart révèle que le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) n’est toujours pas près de rendre un avis sur la question de la PMA. Après l’avoir maintes fois reportée, il annonce désormais qu’il donnera sa décision pas avant «la fin 2015», d’après les propos rapportés par le journaliste Mathieu Magnaudeix.

Fin janvier 2013, alors que le débat sur le mariage pour tous bat son plein, le CCNE s’auto-saisit de la question de l’ouverture de la PMA. Son président Jean-Claude Ameisen table alors sur un rendu de la décision à l’automne suivant. Mais dès juillet 2013, le CCNE annonce finalement qu’il ne rendra son avis qu’en début d’année 2014. Coup de tonnerre le 3 février 2014, Matignon enterre le projet de loi Famille et la PMA, au lendemain d’une marche de la «Manif pour tous» (lire ou relire notre article PMA: Chronique d’une mort annoncée), tandis que le CCNE revoit à nouveau son calendrier et prévoit sa décision pour le printemps 2015, une date confirmée en octobre dernier.

Avec ce nouveau report, les chances de voir la PMA revenir dans le débat parlementaire apparaissent donc comme quasi nulles. «La PMA? Ça n’aura pas lieu avant 30 ans », aurait déclaré un proche du Président de la République, toujours selon Mediapart.

L’association SOS homophobie s’inquiète de cet énième report et se montre déterminée à poursuivre la mobilisation: «Ces propos, en contradiction totale avec l’engagement de François Hollande pendant la campagne présidentielle de 2012 en faveur de l’ouverture de la PMA aux couples de femmes, nous appellent à la vigilance. Le candidat d’alors déclarait en effet à SOS homophobie: “Une femme doit pouvoir recourir à l’assistance médicale à la procréation, soit parce qu’elle ne peut pas avoir d’enfant, soit parce qu’elle ne souhaite pas avoir une relation avec un homme.” SOS homophobie soutient l’ouverture de la PMA à toutes les femmes, notamment grâce à une page internet dédiée, et restera mobilisée pour que le gouvernement prenne enfin en compte leurs préoccupations et s’engage clairement pour l’égalité des droits de toutes les femmes».

Denis Quinqueton, président d’Homosexualités et socialisme, a lui aussi réagi: