Le peuple suisse devait se prononcer sur deux textes dans le cadre de l’initiative populaire sur la fiscalité, initiée par le parti démocrate-chrétien. D’un côté l’initiative qui propose d’inscrire dans la constitution une définition du mariage en tant qu’«union durable et réglementée par la loi d’un homme et d’une femme». De l’autre côté un contre-projet porté par les Verts libéraux qui ne mentionne pas la définition du mariage. Finalement le peuple suisse ne se prononcera que sur l’initiative du PDC.

Le Conseil des États – l’équivalent du Sénat français – a rejeté le contre projet lors du second vote, par 22 voix contre 20, à la suite du retournement de dernière minute de quatre sénateurs libéraux-radicaux. Le Conseil des États avait pourtant rejeté l’initiative initiée par le parti démocrate-chrétien au début du mois et donc accueilli favorablement le contre-projet.

Un revirement qui indigne les associations LGBT: «Les droits des personnes homosexuelles ont été sacrifiés sur l’autel de la politique financière et partisane», a estimé le secrétaire de l’association Pink Cross, Bastian Baumann, dans un communiqué.