Midnighter

«Midnighter #1» par Aco © DC Comics

Jusqu’ici, Midnighter – une sorte de Batman gay – était en couple avec Apollo – une sorte de Superman gay –, les deux super-héros s’étaient mariés et avait adopté une super-gamine, Jenny Quantum (lire Un superhéros gay aura sa propre série de comics). Mais dans les aventures de Midnighter version 2015 (sortie aux États-Unis le 3 juin), celui-ci est célibataire… et sur Grindr. Où il rencontre un mec à qui le fait qu’il soit un super-héros ne fait pas peur, et qui trouve ça plutôt sexy, comme l’a raconté le scénariste Steve Orlando à Comic Book Ressources.

«Là où nous commençons, Midnighter commence à se rendre compte qu’il est out en tant que gay, out en tant que super-héros, explique Steve Orlando. Il n’a pas d’identité secrète. Et il faut qu’il trouve comment être vraiment une personne. Je dis souvent en plaisantant que Midnighter ne sait pas s’il aime les bagels, parce que tout ce qu’il fait, c’est se battre. On va continuer comme ça, c’est ce pour quoi il est connu, mais il veut aussi découvrir comment être plus qu’un battant. Il veut découvrir ce qu’être Midnighter signifie.»

Ce que Steve Orlando raconte aussi souvent, c’est l’effet qu’a eu Midnighter sur lui lorsqu’il était plus jeune: «Lorsqu’on était bi dans les années 90, on pouvait penser que ça ne pouvait être que d’une façon. Les médias ne montraient qu’une façon d’être. Alors lorsqu’on découvre ce personnage qui est totalement différent, que tout le monde craint et respecte, qui est si doué pour ce qu’il fait, même si ce qu’il fait est terrifiant, ça change la donne. (…)

«Avoir la possibilité de mettre en scène ce type de personnage, c’est énorme, parce qu’il faut que les gens sachent qu’il faut être soi-même, et qu’on peut être qui on veut, même en étant gay, lesbienne, bi.e ou trans’.»

midnighter planche DC Comics

©DC Comics