Un couple de deux femmes se trouve sur le quai de la gare du Nord, l’une part à Amsterdam pour une durée assez longue, l’autre reste à Paris. Après avoir passé un week-end avec sa moitié il est temps de se dire au revoir, elles s’enlacent et s’embrassent. C’est alors qu’un responsable du train aurait sommé le couple d’arrêter de s’embrasser, expliquant que ce baiser était «intolérable».

Nous sommes bel et bien en 2015, la scène se passe à Paris, à la gare du Nord. Cette histoire est celle de Mirjam, venue d’Amsterdam et membre active d’All Out, qui a lancé une pétition pour attirer l’attention sur l’incident. L’homme qu’elle accuse de lesbophobie – il aurait affirmé au couple que des couples hétéros peuvent s’embrasser sans problème sur le quai, mais pas deux femmes – travaille pour la compagnie ferroviaire Thalys.

Mirjam est donc allée se plaindre auprès de Thalys, une entreprise qui tient à son image «gay-friendly»: elle a participé à la marche des fiertés d’Amsterdam et a fait une campagne publicitaire en 2013 qui mettait en scène un couple gay réuni grâce à un Thalys.

ENQUÊTE EN COURS
Jointe par Yagg, Eva Mertens du service presse de Thalys précise que le salarié a été suspendu: «L’entreprise Thalys condamne ce qu’il s’est passé, nous prônons l’ouverture d’esprit et le respect», affirme-t-elle. Une enquête interne est en cours, ce que l’entreprise a également annoncé sur Twitter:

Thalys a également pris contact avec Mirjam pour lui annoncer la suspension du salarié. Reste à savoir si le salarié sera définitivement suspendu ou s’il pourra réintégrer l’entreprise. «Pour l’instant le salarié ne peut plus se rendre sur son lieu de travail, nous devons encore enquêter pour savoir si cette décision est définitive», résume Eva Mertens.