L’émergence médiatique de personnalités bisexuelles et le fait que de plus en plus de jeunes semblent assumer publiquement leur bisexualité a poussé l’animatrice Marion Ruggieri à consacrer un numéro à cette orientation sexuelle dans son émission, Il n’y en a pas deux comme elle, diffusée hier, lundi 9 mars, sur Europe 1. Le sexologue Sylvain Mimoun, auteur de plusieurs ouvrages sur la sexualité, figurait parmi les invité.e.s de l’émission, tout comme l’auteure Tatiana de Rosnay, ainsi que la rédactrice en chef de Yagg Judith Silberfeld.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Il n’y en a pas deux comme elle

Sylvain Mimoun a souligné que la bisexualité est plus acceptée socialement lorsqu’elle concerne les femmes que lorsqu’il est question d’hommes. C’est la même chose quand il s’agit d’homosexualité, et le sexologue estime que cette différenciation est liée aux stéréotypes de genre attachés par la société aux femmes et aux hommes. La position dominante des hommes provoque une gêne lorsqu’ils ne s’emploient pas à exercer leur domination sur les femmes, alors que le fait que celles-ci aient une sexualité entre elles est vécu par certains hommes comme un élément stimulant, ou qui ne dérange pas. En outre, plusieurs hommes entretiennent le fantasme d’une relation sexuelle à trois, impliquant deux femmes et eux-mêmes, et ils n’expriment donc pas de rejet à l’idée qu’existent des couples de femmes.

Mais la bisexualité provoque chez plusieurs personnes de la peur car elle «bouscule les repères», a constaté Sylvain Mimoun. Elle tend toutefois à être moins invisible qu’autrefois. Comme l’a fait remarquer Judith Silberfeld, les sociétés occidentales connaissent une «évolution naturelle vers l’acceptation», ce qui rend les choses plus faciles pour les jeunes bi.e.s. Le fait que des célébrités évoquent ouvertement leur orientation sexuelle permet d’avoir des modèles et de sentir moins seul.e. L’auteure Tatiana de Rosnay, passionnée par la romancière Daphne du Maurier qui a eu des relations avec des femmes et des hommes, a par ailleurs souligné que des femmes bisexuelles «courageuses et transgressives» ont ponctué la littérature: Colette, Virginia Woolf, Simone de Beauvoir, Françoise Sagan, Régine Deforges et Marguerite Yourcenar ont toutes eu des relations avec d’autres femmes.