Pour la première fois, l’Europride doit être organisée dans une ex-république soviétique, à Riga, en Lettonie. Le programme se prépare depuis plusieurs mois. Conformément à la loi, le 20 février, l’association LGBT Mozaika a déposé une demande d’autorisation quatre mois jour pour jour avant la date de l’événement. Le défilé de l’Europride doit avoir lieu le 20 juin, et partira du parc Vērmanes Dārzs, traverser Riga, en passant par l’artère centrale Brīvības, pour terminer sa boucle et s’achever au Vērmanes Dārzs. La demande a été déposée à l’ouverture du guichet, afin d’éviter que d’autres événements ne soient proposés à la même date et au même endroit.

Las, l’association Antiglobālisti lui a coupé l’herbe sous le pied, en réservant la semaine complète, du 13 au 21 juin, pour un événement qui aurait pour objet de «promouvoir la consommation de tabac et d’alcool, l’usage de drogues, un mode de vie et la consommation d’aliments malsains, les déviances sexuelles et diverses perversions, de même que d’autres choses étranges». Un autre rassemblement est organisé les 20 et 21 juin, dans un autre quartier de la ville, visant, lui, à «promouvoir les valeurs familiales».

«MAFIA PD»
Selon Mozaika, le conseil municipal de Riga a saisi le ministère de la Justice pour avis sur la façon dont la Ville est censée agir dans une telle situation, où une demande a été légalement déposée mais dans le but flagrant d’empêcher la tenue d’un autre événement. Mais Kaspar Zalitis, co-président de l’Europride 2015, se montre pessimiste: «Le ministre de la Justice est ouvertement homophobe, et accuse la communauté LGBT d’être une “mafia PD”», a-t-il affirmé à Gay Star News.

Dans ce pays qui préside actuellement le Conseil de l’Union européenne et compte un ministre ouvertement gay, le ministre des Affaires étrangères Edgars Rinkēvičs (lire Le ministre des Affaires étrangères de Lettonie fait son coming-out), Kaspar Zalitis reste néanmoins confiant sur la capacité des militant.e.s LGBT à trouver des solutions:

«Venez à l’Europride, à Riga. C’est exactement ce dont nous avons besoin. Il faut montrer à la société lettone qu’il existe une communauté LGBT internationale qui soutient les droits humains. L’Europride n’a jamais été aussi proche de la Russie, et plus nous serons nombreux/ses, plus nos voix porteront.»

Le site de l’Europride 2015.