La télévision française compte peu de figures ouvertement homosexuelles. D’après l’animateur gay Christophe Beaugrand, c’est en partie de la faute des chaînes de télévision qui brident leurs animateurs/trices. Interviewé par TVMag, celui qui présente Confessions intimes sur NT1 a réitéré les observations qu’il avait faites dans Closer il y a quelques mois, en affirmant que chez TF1, son homosexualité n’a jamais posé problème (à partir de 12:10).

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Christophe Beaugrand: «Certains animateurs télé ne peuvent pas parler de leur homosexualité»

«J’ai une liberté totale», assure Christophe Beaugrand en rappelant qu’il animait un talk-show sur Pink TV tout en effectuant des remplacements pour des journaux télévisés sur LCI, une chaîne du groupe TF1. Il a publiquement soutenu l’ouverture du mariage aux couples de même sexe et parlé de son compagnon dans une interview, mais «aucune réflexion» de la part de sa direction. «C’est un groupe pour lequel il est important que les employé.e.s soient bien dans leurs baskets», avance Christophe Beaugrand. Mais ces préoccupations ne semblent pas partagées par certaines autres chaînes de télévision.

Ailleurs, le tabou demeure, explique l’animateur. «J’ai des amis qui travaillent sur d’autres chaînes à qui on dit: ‘On ne veut pas que tu parles de ça’.» Et ce sont des considérations économiques qui prévaudraient. Pour ne pas se couper d’une partie de leur public, et des recettes publicitaires qui vont avec, certaines chaînes entretiennent le placard. Mais pour Christophe Beaugrand, cette stratégie est perdante car la chaîne ne ressemble alors plus à la société: «Le public, il ressemble à toutes les familles, et dans certaines familles, le cousin est homo, il vient au conseil de famille avec son copain et ça ne pose de problème à personne», plaide l’animateur.

Son nom est par ailleurs évoqué pour assurer l’animation de l’émission de téléréalité Secret Story. «Si je fais Secret Story, je me marierai sur le plateau», a promis Christophe Beaugrand en riant. On n’oubliera pas.