Florencia Espiñeira (photo) est devenue la première athlète chilienne à faire son coming-out. La cycliste (moutain bike) a expliqué au site La Tercera repris par Outsports qu’elle espère que son histoire servira d’exemple à des collègues dans le placard. Du haut de ses 22 ans, elle explique qu’elle est consciente des risques de discrimination, mais que cela ne lui fait pas peur. Elle sera fière, désormais, de concourir sous les yeux de son amoureuse. Comme souvent, elle appelle le football à la rescousse, estimant que si un joueur de football chilien faisait son coming-out, cela aurait bien plus d’impact. Elle raconte encore que le sport chilien a encore du chemin à faire sur la voie de l’acceptation des athlètes LGBT mais elle est optimiste pour l’avenir.

Les réactions du milieu sportif à cette sortie du placard ont été majoritairement positives, rapporte La Tercera. Pour le Movimiento de Integración y Liberación Homosexual (Movilh), en sortant du placard, Florencia Espiñeira «a apporté énormément à l’égalité dans le sport, où l’homosexualité est toujours un tabou». L’association LGBT voit en la jeune sportive «un espoir pour tou.te.s les athlètes qui vivent leur homosexualité dans la peur».

Cet article est extrait de la chronique Terrains de Jeux du 5 mars 2015, à lire en intégralité ici.