La présomption d’innocence est un principe juridique qui veut que tant qu’une personne n’a pas été condamnée en bonne et due forme par une juridiction, cette personne doit être considérée comme innocente. Il semble que pour la chaîne June TV, l’hétérosexualité, c’est pareil: tous les êtres humains sont hétérosexuels. Sauf en cas de condamnation à l’homosexualité, à la bisexualité ou autres. C’est sur Twitter que la chaîne a affirmé cela hier, jeudi 5 mars, au cours d’une discussion sur l’orientation sexuelle de Kristen Stewart. Dans un article reprenant une interview de la comédienne au CR Fashion Book, June TV a dans un premier temps présumé que quand l’actrice parle de «la chose la plus séduisante chez une personne», cette personne ne pouvait être qu’un homme.

Interpellée à ce sujet sur Twitter, la chaîne s’est dite «désolée» et a modifié son article en évoquant désormais ce qui attire Kristen Stewart «chez l’autre».

Mais June TV a ensuite précisé qu’en l’absence de déclaration publique de la part de la comédienne, il faut considérer qu’elle est hétérosexuelle. L’internaute Sophie Drx a fait remarquer que Kristen Stewart n’a pourtant jamais fait de déclaration publique en ce sens. Réponse de June TV:

«DIFFAMATION»
Ce rapprochement entre innocence et hétérosexualité laisse perplexe. La «présomption d’hétérosexualité», qui fait de la personne homosexuelle (notamment) une exception à la norme, n’est en rien protectrice des libertés individuelles comme peut l’être la présomption d’innocence. Pour l’Association des journalistes LGBT (AJL) – dont est membre Alice Coffin, la première à avoir interrogé June TV, ainsi que tou.te.s les journalistes permanent.e.s de Yagg – «les médias font trop souvent comme si leur public était intégralement hétérosexuel, mais ce n’est pas le cas» alors qu’il est de leur responsabilité de «rappeler que la société est diverse». Dans son kit à l’attention des professionnel.le.s des médias, l’association souligne qu’il est important de ne pas présupposer «l’orientation sexuelle de l’interviewé.e» car «toutes les comédiennes n’ont pas forcément un amoureux».

En outre, parler de «diffamation» parce que certain.e.s disent que Kristen Stewart n’est peut-être pas hétérosexuelle est déplacé. En utilisant ce terme juridique, June TV laisse entendre que de tels propos porteraient atteinte «à l’honneur ou à la considération» de l’actrice. Pourtant, ne pas être hétérosexuel.le n’a rien de honteux. Si June TV se présente comme «la chaîne qui donne envie d’être une fille», elle donne à penser que c’est quand même mieux si la fille en question n’est attirée que par les garçons et ne se rend pas coupable d’avoir d’autres attirances.