La marque Nutella lançait il y a quelques jours son site interactif dites-le-avec.nutella.fr, sur lequel les internautes ont la possibilité de créer un message animé ou de fabriquer une étiquette personnalisée. Très rapidement, la marque de pâte à tartiner a eu maille à partir avec la facétie des internautes qui ont relevé que les mots et expressions «huile de palme» ou «graisse» étaient censurés, rapporte FranceTV Info. La marque a tenté de dissimuler sa liste des mots interdits, mais trop tard, les internautes avaient déjà mis la main dessus. Entre «les kilos» et «loche» figure de façon surprenante le terme «lesbienne».

«DE LA BONNE HUMEUR AU QUOTIDIEN»
Serait-ce pour Nutella une insulte ou un mot grossier? Pas forcément, puisque la marque a également interdit l’utilisation de termes qui n’appartiennent pas au registre de langue familier, comme «juif» ou «musulman». Pour expliquer cela, un porte-parole du groupe Ferrero avait indiqué que «les mots désignant des communautés qui font souvent l’objet d’attaques de la part de personnes malintentionnées ont été retirés des propositions». Faut-il penser que Nutella se soucie des discriminations et des violences dont sont victimes les lesbiennes? La marque n’a en tout cas pas les mêmes préoccupations quand il s’agit d’une personne «gay» ou «trans’» puisque ces mots n’ont pas été interdits.

Pour mieux comprendre les motivations de la marque, Yagg a interpellé le groupe Ferrero à ce sujet le 25 février dernier. Ce n’est que ce jeudi 5 mars qu’une réponse du service presse de Nutella nous est parvenue. Pas de réponse précise sur les raisons pour lesquelles le terme «lesbienne» a été prohibé. Toutefois, la marque annonce un changement dans son interface. Plutôt que d’interdire une liste de mots, Nutella n’en autorise que certains: «Nous voulons continuer à offrir à nos fans de la bonne humeur au quotidien, sans pour autant donner à des personnes malintentionnées des moyens de diffuser des messages choquants ou blessants pour nos consommateurs», indique le groupe Ferrero. Après avoir censuré les mots «bisexuelle», «gay» et «lesbian» sur une plateforme similaire, Coca-Cola avait l’an dernier présenté des excuses.

La seule justification avancée par Nutella pour expliquer l’interdiction du mot «lesbienne», c’est que «lors de la construction de la liste de mots interdits, nous avons essayé d’être le plus exhaustif possible afin de protéger au maximum nos publics». On ne saura pas si Nutella veut protéger ses client.e.s de la vision du mot «lesbienne» ou si la marque tenait à tout prix à éviter que des personnes «malintentionnées» se moquent des lesbiennes. Avec le nouveau système, la marque espère se prémunir de tout dérapage: il n’est plus possible de mentionner son orientation sexuelle, quelle qu’elle soit.