Des milliers de spectateurs, une ambiance survoltée, aucun incident à déplorer: cette première édition de Lou Queernaval (voir nos photos) a dépassé les attentes de ses organisateurs. Jean-Louis Longo, l’un des co-présidents du Queernaval (photo, deuxième en partant de la droite) se dit « époustouflé par l’enthousiasme des participants », dont il estime le nombre à 15 000. « Nous avons même dû refuser du monde, pour des raisons de sécurité. » Il confie également sa joie d’avoir réussi cet événement « avec si peu de moyens ».

La mairie elle-même semble avoir été épatée. « L’adjoint au tourisme, Rudy Salles, est venu me voir après et m’a félicité. », se rejouit Jean-Louis Longo. « Il était étonné que nous ayons réussi à remplir les tribunes, qui font 7000 places, sans l’aide de tour operators », poursuit-il. Cette approbation municipale laisse espérer que les moyens seront plus importants l’année prochaine. L’équipe a été reçue lundi à la mairie et chaleureusement félicitée, notamment par Christian Estrosi, le maire de Nice.

Même si certains spectateurs ont eu le sentiment d’y voir une Pink Parade bis, ce n’était pas du tout l’intention de l’organisation. « Il y a déjà une Pink Parade, explique Jean-Louis Longo, par ailleurs président d’Aglae (organisatrice de la Pink Parade). Nous n’en avons pas besoin d’une deuxième. Nous voulions nous insérer au sein d’un événement populaire.  » Il se dit en tout cas heureux que la communauté ait répondu présent et pas seulement les LGBT de Nice. « C’était une sacrée belle fête », conclut-il!