En visite à Kandahar en Afghanistan, le secrétaire d’État à la Défense Ashton Carter, a été questionné au sujet de la situation des personnes trans’ qui servent dans l’armée. «Ce n’est pas quelque chose que j’ai beaucoup étudié depuis que je suis devenu secrétaire à la Défense, a-t-il d’abord admis. Mais je prends cette question comme un point de départ fondamental, qui est que nous devons rendre nos conditions et nos expériences de service aussi attractives que possible pour les personnes les plus qualifiées de notre pays. Et je suis très ouvert sur cela, que ce soit concernant leurs vies personnelles ou leurs tendances, à condition qu’elles puissent faire ce que nous attendons d’elles. Seront-elles d’excellent.e.s membres des forces armées? Et je ne crois pas que rien hormis leur compatibilité avec le service ne devrait les en empêcher.»

Ashton Carter, qui est à l’origine un physicien et un universitaire, a été nommé par Barack Obama à la tête du Pentagone en décembre dernier, nomination confirmée tout récemment par le Sénat à une majorité écrasante.

«UNE POLITIQUE DÉPASSÉE»
C’est le Dr. Jesse M. Ehrenfeld, qui a interrogé Ashton Carter au sujet de la place des personnes trans’ dans les forces armées américaines: «Je suis perpétuellement frappé par la façon dont ces personnes, qui risquent leur vie chaque jour pour mener notre mission, vivent dans la peur non pas de l’ennemi, mais plutôt dans celle d’être découvertes pour ce qu’elles sont, a-t-il expliqué à NBC. J’espère qu’un jour, cette politique dépassée qui exclut les personnes trans’ sera levée.»

En effet, si le Don’t Ask Don’t Tell, qui empêchaient les gays, les lesbiennes, et les bi.e.s de parler de leur orientation sexuelle dans l’armée, a été aboli en 2010, le Pentagone ne permet toujours pas aux personnes ouvertement trans’ d’intégrer les forces de l’armée.

La réponse d’Ashton Carter a été accueillie avec enthousiasme de la part de l’American Military Partner Association, une organisation de soutien aux personnes LGBT, qu’elles soient issues des rangs de l’armée, leurs proches et leurs familles, ou des vétérans. L’AMPA en a profité pour urger Ashton Carter à réexaminer l’ensemble des régulations surannées qui empêchent selon certaines estimations 15000 personnes trans’ actuellement en service de servir en étant ouvertement en accord avec leur identité de genre. «Des milliers de personnes trans’ en service FONT aujourd’hui leur travail, et le font bien, mais sont obligées de le faire en silence – obligées de mentir sur quelque chose d’aussi fondamental que ce qu’elles sont pour pouvoir continuer à servir, déplore la présidente de l’AMPA Ashley Broadway-Mack. Alors que nous applaudissons le secrétaire Carter d’être ouvert d’esprit sur cette question, nous l’incitons à agir pour mettre fin à cette interdiction qui continue à nuire aux personnes trans’ en service et à leurs familles.»

Du côté de la Maison Blanche, les propos d’Ashton Carter ont été salués par l’administration de Barack Obama.

Photo JBLM PAO