Yagg l’annonçait en exclusivité en octobre dernier. Cela devrait être confirmé dès ce mardi soir:  Truvada pris à la demande, avant et après les rapports sexuels, dans un groupe de participants gays à l’essai Ipergay aurait permis de réduire de 80% le risque de transmission du VIH. Si la nouvelle est confirmée, et elle devrait l’être, c’est presque deux fois plus que dans les essais précédents de prophylaxie pré exposition (PrEP).

C’est à Seattle, où se tient actuellement la Croi, une conférence scientifique consacrée en grande partie au VIH, que le Pr Jean-Michel Molina, responsable scientifique de l’essai va annoncer la bonne nouvelle et divulguer les résultats complets de l’essai Ipergay.

400 VOLONTAIRES
Depuis son lancement en février 2012, il comparait un groupe de patients prenant Truvada à un groupe de patients prenant un placebo, sans que ni l’équipe médicale ni les participants ne le sachent (essai dit «en double aveugle»). Les participants prennent le médicament à la demande, en période de rapports sexuels. Ipergay, qui a réuni 400 volontaires en France (Paris, Nantes, Lyon, Nice, Tourcoing) et au Canada (Montréal) avait franchi une nouvelle étape en octobre dernier et tous les participants reçoivent depuis le médicament, le bras placebo ayant été abandonné.

Reste à savoir quelle sera l’attitude des pouvoirs publics sur l’autorisation de Truvada en tant que traitement préventif. La pression devrait être de plus en plus forte pour que la PrEP puisse être utilisée à grande échelle dans la «vraie vie». Comme l’avait souligné l’ANRS dans son communiqué en octobre dernier, plus de 6 000 personnes découvrent chaque année leur séropositivité pour le VIH en France, dont 42% d’hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes.