Ce sont ses faiblesses et sa vulnérabilité que Sam Smith donne à montrer dans son album In the Lonely Hour. Et c’est cet aspect de sa personne qui lui vaut aujourd’hui le succès. Le fait qu’il ait écrit les chansons de cet opus pour un homme qui ne l’aimait pas en retour n’est plus un secret et le père du chanteur gay s’inquiète parfois que son fils se dévoile autant dans les médias. Mais Sam Smith ne compte pas changer d’attitude. «Je ne vais pas être un robot, a expliqué à The Evening Standard le chanteur de 22 ans. Je ne vais pas me retenir de dire certaines choses pour plaire à un plus grand nombre de gens. Ma vie, c’est ma vie, et des choses vont m’arriver et je vais en parler et dire ce que je ressens. Je ne joue pas un personnage, je suis juste moi-même.»

«J’AVAIS DES OREILLETTES ROSES»
Lui-même avec ce que cela suppose de complexes. Sam Smith aimerait être mince et envie les abdos de Justin Bieber. Il s’est mis au régime et fait régulièrement du sport. Mais sa vie ne se limite (heureusement) pas à cela. En tournée à travers le monde, il aspire aussi à marquer son époque et les générations futures. «Je veux être un type de pop star différent. Je veux être une pop star qui n’utilise pas Photoshop, qui est humaine… L’honnêteté est intemporelle, j’essaie simplement de faire de la musique qui passe l’épreuve du temps. Pour que dans 400 ans, quand un enfant homo écoutera In the Lonely Hour ou mon prochain album, il se sente inspiré.»

Et l’histoire de Sam Smith a de quoi en impressionner plus d’un.e. Il a longtemps été la seule personne ouvertement homo à l’école. «Je me sentais isolé, se souvient-il. On m’a appelé ‘pédé’ plusieurs fois. Je travaillais à temps partiel dans un magasin. Un homme du village qui avait de gros problèmes avec le fait que je sois gay refusait que je le serve.» Et une fois Londonien à 18 ans, il a fait l’objet d’une agression en raison de son orientation sexuelle: «On m’a frappé dans le cou en pleine rue. J’avais pris l’habitude de porter un peu de maquillage, j’avais des oreillettes roses et je parlais très fort. C’était vraiment une attaque homophobe.»

Ce coup dur n’a pas empêché Sam Smith de continuer à être lui-même sans se cacher. Parfois, lui-même trouve qu’il en montre un peu trop. Sur Instagram, il a publié plusieurs photos de lui-même aux côtés du mannequin Jonathan Zeizel qui fut son petit ami pendant quelques jours aux alentours de Noël. Depuis, les deux garçons ont rompu. «Il ne s’est rien passé de dramatique, raconte Sam Smith. Mais j’ai fait une erreur en publiant les photos sur Instagram, ça a donné l’impression que c’était du sérieux. On est partis en Australie et on a passé de bons moments.» Mais ils n’étais pas «compatibles». À l’avenir, Sam Smith a promis qu’il fera un peu plus attention avant d’impliquer le public. Et le jeune crooner continue à espérer qu’un jour, il vivra une relation digne de ce nom.

Photo Capture