Chatons Violents, le spectacle qu’Océanerosemarie joue actuellement à la Comédie des Boulevards, à Paris (et bientôt à Toulouse), porte certes sur les bobos et le racisme de gauche mais aussi sur le couple, en particulier le couple femme/femme. Pas étonnant donc que le thème se retrouve dans la chronique diffusée ce matin, jeudi 19 février, sur France Inter. Mais Océanerosemarie s’éloigne rapidement de cette question (pourtant essentielle) pour la relativiser et s’intéresser au film du moment, 50 Shades of Grey (à Yagg, on recommanderait plutôt Les Nouveaux Héros, mais ça doit être notre côté bisounours).

«Je m’attendais à voir Martine à la plage, version Martine s’initie au SM, mais en fait non, a découvert Océane, ce film c’est bel et bien l’histoire d’un pervers narcissique destructeur qui harcèle et torture psychiquement une jeune femme, refaisant sa garde-robe à sa guise, décidant qui elle a le droit de fréquenter, et, malgré ses protestations à elle, qu’il réussit à convaincre qu’en réalité elle ne demande que ça!»

L’humoriste propose alors une version à la cité des 4000, «avec un vieux barbu au RSA et en djellaba qui prend le contrôle d’une jeune femme sublime et innocente», avant de faire le parallèle avec le procès du Carlton

Une chronique à écouter ci-dessous:

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Descente d’organes féministe

Outre le fond de la chronique, on apprécie aussi la simplicité de la première phrase, parfait exemple de ce que peut être la visibilité dans les médias: «l y a 10 jours encore j’étais en vacances avec ma femme…»

Lire aussi:
Procès du Carlton: le meilleur allié des violences sexuelles, c’est la pudibonderie, par Peggy Sastre.
DSK et le procès pour sodomie, par Ovidie.

Photo Yagg