Trois des co-fondateurs de Yagg a répondu aux questions des internautes mercredi 18 janvier. Vos interrogations ont porté principalement sur le proche passage au payant, les tarifs, ce qui restera gratuit ainsi que l’avenir de Yagg et la campagne de financement participatif lancé récemment sur Ulule (et qui a lieu jusqu’au 19 mars).

Guillaume: Bonjour, je lis Yagg quotidiennement, à ce jour je trouve que Yagg est un bon média qui centralise l’information LGBT, si je décidais de m’abonner, que pourrais-je attendre de plus ?

Xavier: Bonjour Guillaume. Merci de nous lire régulièrement. En vous abonnant, vous permettez à Yagg de continuer son activité. Concrètement, les abonné.e.s bénéficieront de plus d’enquêtes, de reportages et de sujets approfondis. Ils auront également droit à une newsletter dédiée chaque semaine, qui récapitulera le meilleur de l’actu LGBT. Les offres spéciales, type places de cinéma (notamment avant-premières), entrées de soirées, théâtre, etc. vous seront également en priorité adressées. Nous réfléchissons actuellement à l’ajout de fonctionnalités supplémentaires, qui viendront au fur à mesure étoffer le site et l’offre pour les abonné.e.s. Dernier point: nous souhaiterions renforcer les contacts avec nos internautes en instaurant des rendez-vous IRL réguliers et dans ce cadre, nos abonné.e.s seront évidemment les premiers informé.e.s.

Vinzo2: Voici une question. Il a été évoqué si j’ai bien compris que ce ne sera pas l’intégralité du contenu de Yagg qui va devenir payant. Au niveau des articles, tous vont devenir payants ou seulement certains en lien avec une thématique particulière?

Judith: Ce n’est pas une question de thématique. Cela sera davantage une question de contenu. Seront concernés les enquêtes, les dossiers, les interviews, les reportages…

Caro: Est-ce que vous avez prévu, avec cet abonnement, de faire par exemple une ou plusieurs enquêtes journalistiques sur le terrain comme Judith a pu le faire en Russie, il y a quelques années, lors d’une gay pride ?

Xavier: Bonjour Caro. Les sujets comme la gay pride de Moscou vont rester exceptionnels pour l’instant, compte tenu des moyens que cela demande. En revanche, nous allons nous rendre plus souvent un peu partout en France, comme nous avons pu le faire pour la LGBT Pride de Crest ou le Salon LGBT de Lille ou bientôt le Queernaval de Nice ou encore un reportage à la Principauté de Comborcière, dans les Alpes.

Silvius: Qu’en est-il des gens qui disposent d’un blog Yagg ? Devront-ils obligatoirement s’abonner pour pouvoir continuer à héberger leur blog sur Yagg ?

Judith: Très bonne question. Les blogs resteront gratuits. Mais nous encourageons les blogueuses et les blogueurs à s’abonner! Soutenir Yagg c’est aussi soutenir ses blogs.

Pelle-Svanlos: Que se passera-t-il, à long, moyen et court terme, si le nombre d’abonnés payants reste inférieur aux attentes?

Judith: A court-terme, nous essaierons de continuer et de recruter plus d’abonnés. A moyen et long terme, sans un nombre suffisant d’abonné.e.s, Yagg aura du mal à poursuivre son activité.

Phil86: Ne pensez-vous pas qu’il est dommageable que les idées développées dans les articles de Yagg (en particulier tout ce qui a trait à l’égalité entre homos et hétéros) ne soient plus accessibles aux non LGBT qui ne s’abonneront pas au site ? Cela n’entre-t-il pas en contradiction avec l’effort de mise en visibilité des LGBT dans les médias et la société ? En résumé, d’une certaine façon Yagg ne retourne-t-il pas au placard en devenant payant?

Judith: Si nous pouvions rester gratuit, nous le resterions.

Christophe: L’ensemble de la presse est basée sur un modèle déjà payant. L’exemple de Mediapart montre qu’avec un contenu uniquement accessible aux abonné.e.s, il est possible d’attirer un grand nombre de lecteurs.

Xavier: La gratuité de l’information était une expérimentation que nous – sites de presse en ligne – avons tenté depuis 2007-2008. L’expérimentation a montré que cette ligne n’était pas tenable, compte tenu notamment d’un effondrement des tarifs publicitaires. Nous en tirons les conséquences, comme la plupart de nos confrères et consoeurs.

Judith: On ne peut pas demander à un média LGBT d’apporter la bonne-parole aux non-LGBT (qui peuvent s’abonner, de toute façon). Notre rôle est d’apporter de l’info à ceux que cela intéresse.

boudin créole: La totalité de l’argent sera-t-elle réinvestie dans le travail éditorial de Yagg ?

Christophe: Oui, rassurez-vous! Cela ne va pas nous servir à partir en vacances aux Bahamas ou aux Seychelles 🙂 L’argent récolté à travers la campagne de financement participatif (puis par les abonnements) nous servira à couvrir les salaires et les frais de fonctionnement du site. Donc à permettre à Yagg d’être une entreprise viable. Sans oublier qu’Ulule prélève 8% du montant total, auquel il faudra ajouter la TVA de 2,1% sur les abonnements.

mAtT (Toulouse): Pour les personnes non-abonnées, y aura-t-il un nombre limité d’articles accessibles gratuitement par jour (par exemple 5 articles) ? Je pense au site web du quotidien La Dépêche qui utilise cette formule.

Xavier: Bonjour Matt. Ce n’est pas le modèle que nous avons retenu pour l’instant. Certains articles seront en accès gratuit pour tout le monde, tous les jours.

Céline: Juste un mot pour vous dire que comme sans doute beaucoup d’autres, je soutiens ce passage au payant, car il me semble respectueux de votre lectorat comme de votre équipe. L’idée de choisir de participer, par un soutien financier (modique) est un modèle bien connu et établi, qui ne promet qu’un mieux, pour toutes et tous. Bon vent !

Xavier: Merci Céline de ton soutien indéfectible. C’est ce genre de message qui nous donne l’énergie et la motivation pour continuer.

Annabel: Bonjour, avez-vous prévu un tarif pour les précaires svp? chômeurs par ex.

Christophe: C’est prévu. Il y aura un tarif spécial étudiants, chômeurs.euses, minima sociaux, etc. Nous mettrons également en place la possibilité pour les abonné.e.s d’offrir un abonnement à une tierce personne.

mAtT (Toulouse): J’ai participé au projet de financement  Ulule. Savez-vous à peu près quand les identifiants vont être envoyés aux abonnés ?

Xavier: Merci de votre soutien! Nous recontacterons celles et ceux qui ont participé à la campagne à la fin de celle-ci. Celles et ceux qui ont déjà un compte Yagg n’auront pas de nouveaux identifiants. Celles et ceux qui ne seront pas inscrits seront invité.e.s à le faire. Ou nous pourrons si besoin créer des identifiants pour elles/eux.

cat: Je n’ai pas vraiment de question. Je voulais juste vous dire que j’espère vous lire encore longtemps. Et que je comprends tout à fait que l’information ait un coût. Bravo pour ces dernières années et que ça dure encore longtemps. Bisous à toute la team!

Jérémie: Je comprends parfaitement les raisons qui vous poussent à opter pour ce mode de financement. Cependant, Yagg est, selon moi, le seul média LGBT avec un contenu et un travail sérieux et intéressant. C’était, je pense, un bon moyen pour les jeunes de s’informer utilement et ces derniers risquent désormais de rencontrer des difficultés pour le faire, en dehors des questions de tarif.

Xavier: Merci Cat et merci Jérémie. Jérémie, il y aura un tarif réduit pour les étudiants. Je rappelle que le tarif de base de l’abonnement mensuel sera de 4,50€ ou de 3,75€ si vous prenez un abonnement sur un an. Ce qui reste assez modique. Je rappelle que le prix d’un quotidien papier avoisine les 2€ aujourd’hui.

Céline: Pouvez-vous d’ores et déjà nous parler de l’accès aux archives (actuelles et futures)?

Xavier: A priori, une partie des archives devrait être payante. Nous n’avons pas tranché définitivement sur ce qui sera  payant ou non parmi celles-ci.

Mohamed: Bonjour, y aura-t-il malgré tout une partie non payante qui relaiera l’essentiel des informations ?

Xavier: Bonjour Mohamed. Il restera une partie gratuite quoi qu’il arrive… Pour le reste, les titres, photos et début de l’article resteront accessibles…

Laure: Alors que le nombre de contaminations est loin de décroître chez les pédés et les femmes trans, et notamment chez les plus jeunes d’entre nous, l’accès aux articles santé, et notamment VIH de yagg restera-t-il gratuit ?

Judith: L’investigation sur ce sujet-là sera en accès payant. Le reste ne le sera pas.

mAtT (Toulouse) Dernière question : j’avais pour habitude de partager régulièrement vos articles sur Facebook, ou sur des pages Facebook (pour une association notamment). Cela me paraît logique, mais autant vérifier. Ces partages seront donc impossibles ?

Judith: Cela sera toujours possible. Les abonné.e.s pourront voir l’intégralité du contenu. Les non-abonné.e.s seront invité.e.s à s’abonner pour le faire. A titre de comparaison, on peut tout à fait partager les liens vers les articles de Mediapart, du Parisien ou les articles payants du Monde.

VN: En prenant la page d’accueil d’aujourd’hui en exemple, quels articles seraient payant et lesquels resteraient gratuit? Merci!

Xavier: Bonne question!

Article sur la Réserve parlementaire: payant.

La Revue de web (comme tous les autres articles de cette rubrique) : gratuit.

Playlist: gratuit bien sûr. L’article sur le film La Duchesse de Varsovie: gratuit mais les invitations seront réservées aux abonné.e.s.

Lesliey Gore et Eurovision: payant.

Lady Gaga: gratuit.

Mohamed: Merci, et continuerez-vous d’alimenter les boutiques Yagg en proposant des produits dérivés de plus en plus divers ?

Xavier: Oui, nous continuerons!

Phil86: Je comprends les raisons qui vous conduisent à rendre le site payant mais je continue de penser que cela ne peut que nuire à la diffusion et au partage des infos LGBT, et je trouve cela très regrettable. Mais je comprends bien que vous n’ayez pas d’autre solution, vous ne vivez pas d’amour et d’eau fraiche.

Xavier: Merci de ta compréhension Phil86 et de ton soutien à Yagg depuis maintenant de nombreuses années. Comme tu le dis, hélas, nous ne vivons pas d’amour et d’eau fraîche.

Mohamed: Est-ce possible de demander une aide financière au gouvernement ? Vous êtes vraiment le premier média d’information LGBT et pas uniquement une revue de photos de mecs dénudés ou presque, et à ce titre, il serait intéressant que le gouvernement s’y intéresse de près.

Christophe: Il existe effectivement des aides à la presse sur présentation de projet, financés à hauteur de 30% de leur budget, ce qui implique d’avoir suffisamment de fonds propres pour financer les 70% restants. Le souci pour nous est plutôt de financer notre activité quotidienne. A ce titre, le gouvernement nous aide d’une certaine manière puisque la presse bénéficie d’une TVA sur les abonnements très réduite: 2,1%. En conclusion, cela nous fournit ou peut nous fournir une aide certaine, mais pas suffisante.

Mohamed: Une autre idée serait de lancer une pétition, pour que chacun contribue financièrement au bon fonctionnement du magazine, en plus des abonnements.

Xavier: Le financement Ulule sert déjà à ça. Sinon, il est toujours possible de passer par l’association J’aime l’info, qui permet de soutenir la presse en ligne sous forme de don. Les dons à Yagg via J’aime l’info sont défiscalisés à hauteur de 66%.

Visiteur: Je suis abonné à Mediapart pour ses infos de qualité… je trouve évident que Yagg soit obligé de le faire pour que ce média vive… en tout cas merci à toute l’équipe du boulot déjà fait pour… nous toutes et tous ! bon courage pour la suite !

Xavier: Merci beaucoup, Visiteur!

Visiteur: Je lis généralement Yagg depuis un agrégateur de flux (Feedly) sur mon smartphone, où je vois un résumé de chaque article. Si le résumé de l’article m’intéresse, je clique dessus pour ouvrir le lien dans mon navigateur. Est-ce que cela sera toujours possible quand je serais abonné ?

Xavier: Le fil RSS sera toujours accessible, bien évidemment.

Le chat est maintenant terminé. Merci à toutes et à tous de ces questions. Nous espérons avoir répondu à vos interrogations. Nous restons évidemment à votre disposition pour répondre à vos questions à l’avenir. Si vous voulez nous les poser directement ou venir discuter avec nous de l’avenir de Yagg, nous organisons une Réunion publique à la mairie du IVè le 5 mars prochain. Merci à et à bientôt!

Pour soutenir Yagg et son indépendance, n’hésitez pas à vous abonner et à faire connaître la campagne autour de vous: http://fr.ulule.com/soutenez-yagg