L’Alabama est devenu ce lundi 9 février le 37e État américain à autoriser le mariage des couples de même sexe. Cette avancée est le fait d’une juge fédérale, Callie Granade, qui a estimé en janvier qu’il était inconstitutionnel d’empêcher des couples de femmes et des couples d’hommes de s’unir. La Cour suprême des États-Unis a donné son aval à cette décision et plusieurs couples ont pu célébrer leur mariage. Mais pour Roy Moore, le président de la Cour suprême d’Alabama, le pouvoir fédéral est allé trop loin. Il a ordonné aux juges de l’État de ne pas appliquer la décision fédérale qui, d’après lui, ne s’applique pas à l’Alabama.

Depuis lundi, certain.e.s juges délivrent des autorisations de mariage aux couples de même sexe, tandis que d’autres refusent d’obéir et se rangent du côté de Roy Moore. Dans une nouvelle décision rendue ce jeudi 12 février, la juge Callie Granade a interdit aux juges des juridictions de l’État de refuser le mariage d’un couple de même sexe, rapporte le New York Times. Ce même jour à midi, d’après des données collectées par l’association Human Rights Campaign, 23 comtés de l’État délivraient des permis de mariage à tous les couples, mais 18 n’en donnaient qu’aux couples de sexe différent et 26 n’en donnaient à personne.

SCULPTURE DES DIX COMMANDEMENTS AU PALAIS DE JUSTICE
Dans une interview accordée à BuzzFeed et publiée mercredi 11 février, le président Barack Obama a rappelé que quand une loi fédérale entre en conflit avec la loi d’un État, c’est la loi fédérale qui l’emporte. Le chef d’État a rappelé que le même Roy Moore avait fait installer en 2003 «une immense sculpture des Dix commandements au milieu du palais de justice». Devant son refus de la faire retirer, il avait alors perdu sa place. Le journaliste Ben Smith a également demandé au président s’il ne fallait pas voir en Roy Moore un successeur de George Wallace, un ancien gouverneur de l’Alabama qui s’était opposé à la fin de la ségrégation dans les écoles malgré une décision de la Cour suprême. «L’analogie n’est pas parfaite», a commenté Barack Obama en notant toutefois quelques similarités. Pour le président, si le juge Moore s’obstine, «il se passera la même chose» qu’en 2003.

Les soutiens de Roy Moore sont en tout cas à chercher du même côté que les soutiens de l’ancien gouverneur George Wallace: dans un message publié sur un forum d’extrême droite, le leader local d’une branche du Ku Klux Klan du Mississipi, Brent Waller, a apporté son soutien au juge, rapporte GayStarNews: «Cette bande de caramels mous venus d’Hollywood et des grands médias sont choqués que chez les braves gens de Dixie [surnom donné aux États esclavagistes du sud des États-Unis pendant la guerre de Sécession, ndlr], on résiste à leur agenda impérialiste, communiste et homosexuel!» Si le Ku Klux Klan rencontre autant de succès dans sa lutte contre l’égalité des droits que dans son combat pour la ségrégation, les États-Unis devraient bientôt connaître une issue heureuse. La décision de la Cour suprême sur l’ouverture du mariage est attendue en juin.