Le Parlement européen hier, mardi 10 février, a examiné une série d’amendements au Rapport 2013 sur la démocratie et les droits de l’Homme dans le monde et la politique de l’Union Européenne en la matière, rédigée par le député italien Pier Antonio Panzeri.

L’article 68 de ce rapport «salue la légalisation du mariage homosexuel ou des unions civiles homosexuelles dans un nombre croissant de pays, dix-sept à l’heure actuelle, dans le monde entier; encourage les institutions de l’Union et les États membres à contribuer davantage à la reconnaissance du mariage homosexuel ou de l’union civile homosexuelle comme un enjeu politique, social et lié aux droits civils et aux droits de l’homme».

«COLLUSION FN-UMP»
Plusieurs amendements ont été déposés (et adoptés) pour améliorer ce passage – notamment sur la question trans’ – et d’autres pour carrément le supprimer, à l’image de ceux déposés par Michèle Alliot-Marie (UMP) et Aymeric Chauprade (FN). Ces deux derniers ont été rejetés (voir photo). Dans un communiqué, Rainbow Rose (le réseau socialiste européen) et Homosexualités et Socialisme, s’en sont félicités. Pour Aurélien Mazuy, président de Rainbow Rose, et Denis Quinqueton, président de HES, «ces amendements à Bruxelles disent l’insincérité des bavardages gay-friendly de l’UMP et du FN à Paris». Pour la députée européenne socialiste Pervenche Bérès, «après le ni-ni, la collusion FN-UMP se poursuit au Parlement européen. Nous appelons à condamner fermement cette énième dérive d’un membre de l’UMP».

POUR MAM, LE MARIAGE EST UN CONCEPT RELIGIEUX
Sur Facebook, Michèle Alliot-Marie, ancienne ministre de la Justice, de l’Intérieur et des Affaires étrangères a défendu sa démarche:

«Le mot “mariage” désigne, à l’origine, l’union de deux personnes de sexe différent devant Dieu, dans le but de procréer. Cette définition ayant une connotation religieuse, elle ne devrait pas être utilisée ni dans une République laïque ni au sein d’une institution également laïque telle que le Parlement européen. Je suis donc contre l’utilisation du mot “mariage” là où il n’a pas lieu d’être. En revanche, je suis pour la généralisation d’une “union civile”, sans référence à une sexualité ou à un genre. Et c’est justement parce qu’il y est fait mention d’une sexualité en particulier que j’ai souhaité la suppression de ce paragraphe.»

En France, le mariage civil existe depuis 1792. Il a été ouvert aux couples gay et aux couples lesbiens le 18 mai 2013.

Photo Pablo Iglesias, du parti espagnol Podemos, et Jean-Luc Mélenchon, du Parti de Gauche, votent contre l’amendement de M. Alliot-Marie.