Arrêté le 18 janvier dernier, un homme d’une cinquantaine d’années a été condamné le 4 février en Tunisie à une peine de deux ans de prison pour «actes homosexuels». Originaire de Suède mais ayant vécu plusieurs années en France, il serait propriétaire d’une maison à Sousse. Les représentant.e.s suédois.e.s ont discuté de cette condamnation avec leur homologues tunisien.ne.s, tandis que le ministère des Affaires étrangères suédois et le consulat ont pris connaissance de l’affaire et tentent actuellement de faire valoir «l’égalité des droits indépendamment de l’orientation sexuelle» auprès des autorités dans l’espoir d’obtenir sa libération.

L’homme qui a été condamné a fait appel du jugement. Selon l’article 230 du Code pénal tunisien, les relations sexuelles entre hommes peuvent être passibles de trois ans de prison. En décembre dernier, plusieurs associations tunisiennes ont tenté de le réformer, mais ont échoué face au refus catégorique du ministère de la Justice.

Photo Tony Hisgett