Deux hommes âgés de 23 et 21 ans ont été condamnés vendredi 30 janvier à 8 et 6 mois d’emprisonnement avec sursis par le tribunal correctionnel de Nancy pour «menaces de mort faites sous condition à raison de l’orientation sexuelle». Tous deux avaient participé au déploiement d’une banderole lors du défilé de la Marche des fiertés de Nancy le 31 mai 2014, où il était inscrit: «Allez brûler en enfer» avec deux croix celtiques. Ils devront également verser 3000 euros de dommages-intérêts et participer à un stage de citoyenneté.

«La défense contestait la qualification des faits, en arguant de la liberté d’expression, a rapporté à l’AFP Stéphane Massé, l’avocat de l’association LGBT Equinoxe Nancy Lorraine. Or, il s’agissait sans conteste de véritables menaces de mort, préméditées, pas des propos qui dépassent la pensée lors d’une altercation par exemple.» L’association, dont le local avait par ailleurs été dégradé juste après la Marche des fiertés, a salué dans un communiqué «la grande fermeté du tribunal», rappelant au passage que les deux condamnés sont membres du groupuscule Lorraine Nationaliste, et que des «sympathisants n’avaient pas hésité à menacer sur les réseaux sociaux l’officier de police qui a mené l’enquête».

Equinoxe Nancy Lorraine réitère son appel auprès de l’ensemble des associations LGBT et de défense des droits humains à lutter et à porter en justice toute forme de violence: «Face à l’extrême droite, face aux radicalisations violentes, l’arme judiciaire reste la dissuasion la plus efficace.»

Photo Roberstein