D’une région suisse à l’autre, la façon dont sont considérées les familles homoparentales n’est pas du tout la même. La partie francophone du pays, la Suisse romande, fait preuve de réserve sur cette question là où la Suisse alémanique se montre bien plus ouverte, rapporte la RTS.

Ainsi, à Zurich, une campagne ciblant de façon explicite les foyers homoparentaux a été lancée dans les cinémas pour augmenter le nombre de familles d’accueil. Dans la vidéo ci-dessous, un enfant explique être très heureux depuis qu’il a été confié à un couple de femmes.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Kindern ein zweites Zuhause geben

Pour Barbara Lanthemann, de l’Organisation suisse des lesbiennes, cette décision de la municipalité zurichoise démontre une «prise de recul»: «La première préoccupation de tout un chacun est le bien-être des enfants et le bien-être de l’enfant est tout autant garanti dans un couple homosexuel qu’hétérosexuel», a-t-elle déclaré. Maria von Känel, de Familles arc-en-ciel, se réjouit elle aussi de cette mise en avant: «Utiliser les couples de même sexe en tant que ressource pour les familles d’accueil est une conséquence logique et une étape importante pour notre visibilité et notre reconnaissance», a-t-elle confié à 360°.

À quelques kilomètres de là, à Genève, tous les couples sont également les bienvenus, «mais on sent encore une réserve», souligne la RTS qui a demandé aux services du canton si une telle campagne pourrait voir le jour à Genève. «Nous n’avons pas d’a priori», a assuré la directrice de l’office genevois de l’enfance et la jeunesse, mais cibler nommément les familles homoparentales n’est pas à l’ordre du jour. Une vingtaine d’enfants devait être placée d’urgence par le canton de Genève.

D’après des chiffres dévoilés par la Tribune de Genève, le nombre de couples de même sexe dénombrés par l’office de la statistique dans le canton francophone est si faible qu’il n’est pas possible d’établir des données permettant de les comparer aux autres modèles familiaux.