Les meutriers d’Ihsane Jarfi, qui n’ont pas assumé leurs responsabilités pendant le procès, ont été condamnés à des peines très lourdes de la part de la cour d’assises de Liège ce mardi 23 décembre. Trois d’entre eux, Mutlu Kizilaslan (31 ans), Jérémy Wintgens (30 ans) et Éric Parmentier (36 ans) ont été condamnés à la prison avec perpétuité pour assassinat avec circonstance aggravante d’homophobie. Jonathan Lekeu (25 ans) a quant a lui été condamné à 30 ans de prison car il n’a pas prémédité la mort de la victime. En avril 2012, les quatre condamnés avaient tué Ishane Jarfi, un homme gay de 32 ans, près de Liège.

JURISPRUDENCE
«Jonathan Lekeu a été considéré comme un suiveur», précise à Yagg Thierry Delaval de l’association Arc-en-ciel Wallonie. Le responsable associatif se réjouit de ce verdict «extrêmement sévère qui a très bien pris en compte le mobile de haine et qui fera jurisprudence». Dans un communiqué, l’association belge précise que la défense a jusqu’au bout nié toute motivation homophobe: «Pour eux, tout comme une femme trop attirante serait responsable de son propre viol, il fallait trouver la faute dans le comportement et les paroles provocantes d’Ihsane Jarfi», s’est indignée Arc-en-ciel Wallonie. L’enquête a toutefois démontré que c’est bien l’homosexualité de la victime qui a poussé ses meurtriers à attenter à sa vie.

Avec 17 côtes brisées, la cage thoracique écrasée, le visage et l’abdomen marqués de coups, le corps d’Ihsane Jarfi avait témoigné de la violence de l’agression qu’il a subie. D’après les expert.e.s, son agonie a duré entre quatre et six heures. Attiré dans une voiture puis tué dans la nuit du 22 avril 2012, Ihsane Jarfi n’a été retrouvé que le 1er mai suivant dans une prairie où il avait été abandonné. L’association Arc-en-ciel Wallonie, qui s’est constituée partie civile au procès, aurait souhaité que la circonstance aggravante d’homophobie soit également retenue «pour les faits de traitement inhumain et dégradant», mais la loi belge ne permet la prise en compte de cette circonstance que pour certains crimes et délits. La loi sur les discriminations devrait bientôt être améliorée en ce sens.

C’est la première fois qu’un meurtre en raison de l’orientation sexuelle a été jugé en Belgique.

Photo via Facebook