Violemment attaqués ce vendredi 12 décembre alors qu’ils étaient assis sur un banc du parc de l’Ouest, dans le centre-ville de Madrid, deux garçons de 17 et 23 ans vivent aujourd’hui «dans la peur», ont-ils confié au Collectif pour les LGBT de Madrid (Cogam), rapporte l’édition espagnole de 20 Minutes. Plusieurs médias soulignent que cette agression témoigne de la hausse des violences LGBT-phobes dans la capitale fédérale espagnole.

Les deux garçons ont souhaité rester anonymes mais ont tout de même témoigné auprès de la Oveja Roja. Ils racontent que 12 personnes, dont une fille, vêtues de noir et portant des bottes militaires, se sont approchées d’eux et leur ont demandé s’ils étaient «des pédés» ou «des antifas». Les personnes à l’origine de l’agression les ont ensuite frappés, en s’acharnant particulièrement sur le mineur en le blessant à l’œil gauche. Son cou porte aujourd’hui des marques de contusion. Les deux garçons se sont enfuis dès qu’ils ont pu et ont porté plainte.

Le site Dos Manzanas rappelle qu’il y a deux semaines, un couple formé de deux hommes a été mis à la porte d’un restaurant Burger King, mais aussi que d’autres LGBT ont été victimes d’agressions verbales dans le métro en novembre, d’une agression physique en septembre et qu’en février et mars, d’autres couples ont été attaqués sur une des artères principales de la ville. Pour faire face à cette montée de violence, le collectif Cogam recommande l’adoption de lois anti-discrimination plus strictes. Les militant.e.s souhaiteraient que Madrid suive l’exemple de la Catalogne qui a durci sa législation en octobre et où c’est désormais à la personne accusée d’une agression de prouver son innocence.

Photo Templo de Debod, dans le parc de l’Ouest à Madrid