France | 15.12.2014 - 13 h 07 | 0 COMMENTAIRES
  • Académie gay et lesbienne
  • archives
  • centre d'archives LGBT
  • conseil de paris
  • David Belliard
  • jean le bitoux
  • Louis-Georges Tin
  • paris

Les écolos veulent créer un centre d’archives LGBT à Paris

Publié par
Le projet de Centre d'archives LGBT avait échoué sous la mandature Delanoë. Le groupe écologiste de Paris veut le relancer. Explications.

C'est la version LGBT et parisienne du serpent de mer. Lors de son premier mandat comme maire de Paris, Bertrand Delanoë avait chargé Jean Le Bitoux de réfléchir à la création d'un centre d'archives LGBT dans la capitale. La mission, conduite ensuite par Louis-Georges Tin, n'a jamais abouti (lire Archives LGBT: où sont nos mémoires?).

Le groupe écologiste du Conseil de Paris entend relancer le projet en déposant un vœu qui «appelle à la création d'un centre d'archives national» devant l'assemblée parisienne réunie pour quatre jours en ce début de semaine. En votant ce vœu, le Conseil de Paris s'engagerait:

- à proposer dès 2015 un local d’accueil pour stocker et rassembler toutes les archives LGBT collectées auprès d’associations et de particuliers volontaires;

- à proposer à moyen terme un lieu parisien où pourra s’établir un véritable centre d’archives et de documentation LGBT de dimension nationale, co-élaboré avec toutes les associations intéressées.

Yagg a interrogé David Belliard, co-président du groupe écologiste au Conseil de Paris (photo, premier banc, au centre), et auteur de ce vœu:

Pourquoi ce vœu? La culture LGBT s’inscrit dans une longue histoire qui constitue un patrimoine important malheureusement éclaté et très mal connu du grand public et, très souvent, des lesbiennes, gays, bi.e.s et trans' eux-mêmes. Cette mémoire du mouvement LGBT, qui a contribué et qui contribue encore à transformer notre société, ne bénéficie pas aujourd’hui d’une véritable reconnaissance institutionnelle. Même si, à Paris, une plaque en mémoire de Bruno Lenoir et Jean Diot a été posée dans le IIe arrondissement, il reste encore beaucoup à faire pour une vraie reconnaissance de la mémoire LGBT (lire Anne Hidalgo a dévoilé une plaque en mémoire de Bruno Lenoir et Jean Diot).

Ce que nous proposons aujourd’hui, avec un vœu déposé au Conseil de Paris, c’est d’ouvrir un local pour stocker, rassembler et sécuriser les archives LGBT. Nous voulons que ce local soit mis à disposition des associations et des particuliers qui le souhaitent pour qu’ils ou elles puissent entreposer les documents qui sont en leur possession. Et tous les documents qu’ils ou elles jugent utile d’être conservés, sans sélection aucune: ceux relatifs aux luttes qui ont été menées contre les discriminations et l’égalité des droits, mais aussi tous ces témoignages des créations, initiatives, œuvres et manifestations festives dont il nous reste la trace et qui sont elles-aussi témoins de ce qui constituent l’histoire et l’identité LGBT!

Bien entendu, il ne s’agit pas d’une obligation mais d’une solution proposée à toutes celles et tous ceux qui ne peuvent plus stocker des vieux fanzines, des panneaux militants ou des flyers dans un coin de leur cave ou sous leur lit! Certains ont d’ailleurs déjà mené un travail remarquable en la matière. Je pense notamment à l’Académie gay et lesbienne, qui dispose d’un fond exceptionnel de documents qui pourrait, si cette association le souhaite bien évidemment, avoir toute leur place dans ce futur local (lire Conservatoire des Archives et des Mémoires LGBT: «Nous ne voulons pas d’argent, juste un local»).

Les autres groupes comptent-ils le voter? Nous verrons mais j’ai bon espoir que nous puissions arriver à un consensus sur ce sujet [Le groupe socialiste a indiqué à Yagg qu'il comptait voter le vœu]. Ce serait un signe très positif, au regard de la situation préoccupante que connaissent actuellement les personnes LGBT, de la recrudescence de l’homophobie, des renoncements du gouvernement sur la PMA ou encore de l’hypocrisie généralisée face à l’outing de personnalités politiques dans Closer, que le Conseil de Paris se prononce favorablement pour la reconnaissance de la mémoire LGBT et de son histoire faite de combats en faveur de l’égalité des droits.

Que se passera-t-il concrètement une fois que le vœu sera voté? Et comment éviter l'impasse de la mission Le Bitoux / Tin? La première chose une fois le vœu voté, c’est qu’un local devra être trouvé. C’est notre premier objectif! Ensuite, nous demandons à ce qu’un travail de réflexion soit mené pour la création d’un futur centre d’archives et de documentation LGBT de dimension nationale avec toutes celles et ceux qui sont motivé.e.s pour faire exister un tel lieu, en lien notamment avec le projet de monument LGBT. Un centre d’archives aurait un intérêt national, en offrant une véritable visibilité à l’histoire du mouvement LGBT. Sans compter qu’il viendrait compléter les initiatives localisées déjà existantes, comme la bibliothèque du centre LGBT d’Ile-de-France, le fonds de la bibliothèque municipale de Lyon ou encore les sites internet associatifs.

Cela fait presque 15 ans qu’on en entend parler et malheureusement, nous n’avons pas avancé. Il s’agit maintenant de faire (ou refaire!) travailler ensemble toutes celles et tous ceux que ce projet intéresse. En tant qu’élu.e.s, nous voulons susciter et accompagner la réflexion, et pas nous y substituer. Avec par contre cette fois des objectifs concrets et précis: je pense qu’un tel centre doit pouvoir voir le jour avant 2020.

Dans le vœu il est à la fois évoqué l'hypothèse d'un centre d'archives et celle d'un musée, comme celui de San Francisco. Imaginez-vous les deux? À titre personnel, je suis favorable à un projet ambitieux, qui puisse tout à la fois être lieu de mémoire, d’études, de recherche et aussi lieu où puissent vivre les débats actuels et la création liés aux LGBT. Mais nous pouvons y aller par étapes. La GLBT Historical Society de San Francisco, qui constitue une référence en la matière, a été créée en 1985 (il y a presque 30 ans!) et n’est dotée d’un musée que «depuis» 2010…

Print This Post
Photo du profil de Xavier Héraud
Publié par
Co-fondateur de Yagg. Rédacteur en chef. Photo. Comédies musicales. Harvey Fierstein. These are a few of my favorite things.
Autres articles | Profil | Compte Twitter
 
LES réactions (0)

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.