Florian Philippot, vice-président du Front National, ne s’est pas encore exprimé à propos de l’affaire « Closer », mais Marine Le Pen a fait savoir qu’il porterait plainte contre le magazine people. Ce dernier, tout en évitant soigneusement de prononcer le mot gay ou homosexuel, l’a en effet outé dans son édition parue vendredi (Lire «Closer» oute Florian Philippot, le vice-président du FN).

Lors d’une conférence de presse, la présidente du Front Nationale a déclaré que son numéro 2 allait « porter plainte » et « faire condamner ce torchon ».  « J’espère qu’il le fera condamner dans des proportions qui éviteront à cette presse de recommencer ce genre d’intrusion dans la vie privée dont j’ai été victime, dont mes enfants ont été victimes », a-t-elle ajouté, s’insurgent au passage contre les « méthodes de voyou » de l’hebdomadaire.

Si cette plainte se concrétise, il sera intéressant de voir si la « jurisprudence Briois » est maintenue. Steeve Briois, maire FN d’Hénin-Beaumont avait en effet poursuivi l’auteur du livre  Le Front national des villes et le Front national des champs où il était également outé. La justice avait esttimé que dans la mesure où «le Front national a montré des signes d’ouverture à l’égard des homosexuels» et que «des questionnements publics sur les relations entre la droite nationaliste et les homosexuels» ont vu le jour – la Cour avait notamment évoqué la une du mensuel d’extrême droite Minute qui avait consacré un dossier au «lobby gay» au FN –,  «le droit du public à être informé de l’homosexualité de M. Briois prime sur le droit au respect de ce pan de sa vie privée» (Lire La justice ne s’oppose pas à la révélation de l’homosexualité d’un cadre du FN )