TIMBUKTU

Affiche TimbuktuQuand le cinéma est une arme contre la barbarie et l’intolérance. Timbuktu d’Abderrahmane Sissako est un film lumineux. Au Mali, non loin de Tombouctou tombée sous le joug des djihadistes, Kidane, sa femme, sa fille, et son petit berger mènent une existence paisible. En ville, les extrémistes religieux font subir leur nouvelle loi aux habitant.e.s: interdiction de fumer, de chanter, de jouer au foot. L’ordre nouveau qu’ils font régner refuse tout ce qui fait la vie. Et leur obscurantisme confine à l’absurde. Comme dans cette scène mémorable, celle d’une vendeuse de poissons qui refuse de porter des gants: «Comment je les arrose avec des gants?». Le réalisateur oppose à cette force brutale la beauté des paysages et de cette famille du désert. Ou encore cette illuminée, qui porte un coq sur l’épaule et que l’on traite de folle. Timbuktu est un film tragique et sur notre présent qui nous rappelle que les obscurantismes, s’appuyant sur une interprétation dévoyée de la religion, peuvent et doivent être dénoncés et que l’art peut être une arme efficace dans ce combat.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Timbuktu, bande-annonce

Timbuktu, d’Abderrahmane Sissako, avec Ibrahim Ahmed dit Pino, Toulou Kiki, Abel Jafri…

SOMETHING MUST BREAK

Something Must BreakLa réalisatrice Ester Martin Bergsmark cherchait à faire un film onirique et naturaliste avec Something Must Break. Et on est effectivement transporté.e dans un monde à la fois teinté d’irréel mais aussi terriblement concret. Un monde dans lequel Sebastian, androgyne, tente d’évoluer tout en cherchant à se définir. Un monde parfois empreint de violence dans lequel Sebastian (Saga Becker) rencontre Andreas (Iggy Malmborg). Le coup de foudre est improbable mais il a lieu. Et l’on regarde cette histoire aussi fragile que passionnée se dérouler. La réalisatrice a passé plus de deux ans à chercher qui pourrait incarner Sebastian. Son choix s’est fixé sur Saga Becker, «un jeune homme qui ressemble à une jeune fille, qui mène sa vie en tant que femme dans un corps d’homme», indique-t-elle dans le dossier de presse. La question du genre est d’ailleurs centrale dans ce film où le regard des autres façonne l’identité. Il s’agit du premier long-métrage de la réalisatrice. Il a reçu le Tigre d’Or au Festival de Rotterdam.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Something Must Break – Bande-annonce officielle

Something Must Break, d’Ester Martin Bergsmark, avec Saga Becker et Iggy Malmborg.