France 2 diffuse ce soir le documentaire Homos, la haine, qui présente les témoignages de victimes d’homophobie.

Outre une succession de récits glaçants, mais ô combien familiers pour des gays, des lesbiennes, des bi.e.s ou des trans’, le documentaire nous montre notamment que l’homophobie a pris un nouveau visage depuis le mariage pour tous. Le comédien Laurent Kerusoré résume assez bien la façon dont ce changement se manifeste: «Aujourd’hui, les gens traversent la rue pour me dire qu’ils sont contre mon personnage, contre moi». Quand ils ne viennent pas carrément le frapper…

Surtout, Homos, la haine vient rappeler la faute de François Hollande et des socialistes sur le mariage pour tous. En refusant d’appeler un chat un chat et l’homophobie l’homophobie, les responsables politiques ont donné une légitimité à la haine. Répétons-le à nouveau: être contre le mariage pour tous, c’est de l’homophobie. C’est déjà une erreur d’avoir refusé de le voir, mais  persister dans cette voie, comme le font Hollande et Valls, confine à l’aveuglement. Pire, ce faisant ils donnent raison à nos ennemi.e.s.

Lorsqu’on enterre tout ce qui peut ressembler de près ou de loin à une mesure en faveur des homos ou des trans’ par souci d’«apaiser» les homophobes, cela légitime la haine. Envoyer le signal à ces gens que leur discours est respectable, qu’ils n’expriment simplement qu’une opinion différente, cela légitime la haine.

CE QUI SE CACHE DERRIÈRE LES DÉFILÉS BLEU BLANC ROSE
Car il ne s’agit pas d’une opinion inoffensive. Le documentaire d’Eric Guéret et Philippe Besson révèle en effet ce qui se cache derrière les défilés proprets bleu, blanc et rose. Ils et elles n’ont pas l’air méchant.e.s dans la rue, mais lorsque ces manifestant.e.s rentrent chez eux, le masque tombe. Malheur à leurs enfants si l’un ou l’une d’elles est gay ou lesbienne. Car alors, ces gens montrent leur vrai visage, celui de l’ignorance, parfois de la cruauté, et peuvent infliger à leurs propres enfants des sévices d’une violence inouïe, mentale comme physique. On généralise? L’augmentation des appels à SOS homophobie ou au Refuge montre qu’il s’agit bel et bien d’une réalité.

Au fond, ce que veut la «Manif pour tous» c’est nous empêcher d’être heureux. Ludovine et son terrible cortège veulent des homos sans enfants, sans amour, sans protection et qui se cachent, voire qui tentent de se «soigner». «Marie-toi avec un homme, fais un enfant, et divorce ou va dans un bar», conseille ainsi la mère d’une des jeunes filles qui témoigne dans le documentaire. Quel parent faut-il être pour vouloir que son enfant soit malheureux à ce point? Et pourtant, ce sont ces gens-là qui viennent ensuite donner à la terre entière – et aux homos en particulier – des leçons pour élever les enfants. Ce sont ces gens-là que Manuel Valls et François Hollande veulent «apaiser». Ce sont ces gens-là que Nicolas Sarkozy et l’UMP courtisent.

La seule chose gênante avec ce documentaire est qu’il présente à nouveau les homos comme des victimes. Il faut parler des discriminations et des agressions que nous subissons bien entendu, mais rappelons aussi qu’être gay ou lesbienne, le réaliser et le vivre pleinement est la chose la plus merveilleuse qui soit, n’en déplaise à la «Manif pour tous» et aux religieux de tout poil. Si leur haine peut parfois se mettre en travers de notre bonheur, ce n’est jamais que temporaire. Et cela ne fait que nous rendre plus fort.e.s, et plus heureux.

Photo Looking (Capture)