Le duo pop-rock Tegan and Sara s’est exprimé sur le débat qui secoue actuellement la province d’Alberta au sujet d’une loi, la Bill 10, portée par le parti Progressiste-Conservateur du Canada, qui autoriseraient les établissements scolaires et universitaires à refuser l’implantation d’une Gay-Straight Alliance. Ces dispositifs sont des espaces permettant aux jeunes LGBT de se retrouver dans un espace sûr dans l’enceinte de leur école.

Alors que le passage en troisième lecture de cette proposition très controversée vient d’être mis en attente par le Premier ministre d’Alberta Jim Prentice, les deux jumelles ouvertement lesbiennes ont mentionné leur propre expérience pour louer les bénéfices des Gay-Straight Alliance auprès des jeunes: «Grandir à Calgary dans les années 80 n’était pas facile pour deux sœurs jumelles ayant un problème avec leur identité de genre. Le lycée dans les années 90 a été encore plus dur, quand nous avons toutes les deux compris que nous étions homos. A l’époque, il n’y avait pas de personnages homos à la télé, rien sur Internet, et il n’y avait rien  de comparable à une Gay-Straight Alliance. Grâce au soutien de nos ami.e.s, grâce à la musique, nous avons persévéré, mais ça n’a pas été forcément le cas pour tous les jeunes LGBTQ à cette époque, et ce n’est toujours pas le cas aujourd’hui. Le suicide est la deuxième cause de mortalité chez les jeunes de 10 à 24 ans au Canada. Une mauvaise estime de soi, le fait d’être à la rue, le rejet sont tous les problèmes auxquels sont confrontés les jeunes LGBTQ.»

«Une Gay-Straight Alliance au lycée peut être dans certains cas un lieu qui sauve des vies. C’est aussi un endroit destiné à la jeunesse pour partager et apprendre l’empathie et la solidarité, s’éduquer les uns les autres, et grandir.»

«Aujourd’hui, quand nous faisons le tour du monde avec notre groupe, nous rencontrons des jeunes gens chaque jour qui partagent les histoires déchirantes de leur lutte de leur souffrance et de leurs victoires aussi… Le combat pour l’égalité est loin d’être terminé. La « Bill 10 » dans son état actuel soumettrait ces étudiant.e.s à davantage de risques de subir des préjugés, de la discrimination, et des épreuves inutiles.»

D’après l’organisation Safe Schools Alberta, Bill 10 risque de marginaliser certain.e.s étudiant.e.s et est «une mauvaise législation qui rend une situation déjà compliquée encore pire»: «En autorisant les écoles à refuser les Gay-Straight Alliances, le gouvernement soutient implicitement les discriminations.»

Photo Capture