Finlayson est une entreprise textile implantée à Tampere en Finlande depuis 1820. La société presque bicentenaire a lancé une gamme de produits textiles pour la maison sur lesquels figurent des dessins de Touko Laaksonen, alias Tom of Finland. Cette collection est déjà un succès commercial, mais elle a un coût pour l’entreprise en termes d’image. Un coût que le PDG Risto Voutilainen souhaite assumer car il estime que parfois, les entreprises doivent s’engager.

Qu’est-ce qui a poussé Finlayson à conclure un partenariat avec Tom of Finland? Nous sommes une des plus vieilles entreprises en Finlande. En faisant la promotion d’un artiste connu dans le monde entier, nous montrons à nos client.e.s que nous voudrions que le monde soit plus tolérant. Il y a eu dans notre pays tout un débat sur le mariage des couples de même sexe [le Parlement a adopté cette mesure le 28 novembre, ndlr] et nous voulions donner notre opinion sur ce sujet. Les gens devraient pouvoir vivre leur vie comme ils l’entendent. S’allier à Tom of Finland, c’est montrer notre engagement pour l’égalité. Nous avons l’esprit ouvert à tou.te.s les client.e.s. Nous n’avons pas de rôle politique, mais il est de notre devoir de dire ce que nous pensons et ce que nous croyons. Toutes les grandes entreprises devraient le faire.

Ces dessins très érotiques ne peuvent-ils pas choquer une partie de votre clientèle? Ma femme trouve effectivement que les dessins sont érotiques, mais je ne vois pas pourquoi on ne devrait pas le faire. Cela peut toujours être pris comme un clin d’œil. Pour le linge de lit, on en a déjà vendu des centaines de milliers, c’est quand même quelque chose. On a eu huit fois plus de ventes que le même week-end l’an dernier. Dans le même temps, des personnes très croyantes ont appelé à boycotter tous nos produits, alors que Tom of Finland, c’est un motif parmi plus de 2500 autres. Mais nous savions à quoi nous nous exposions et nous avons pris la décision de le faire quand même. Ma mère aussi est très croyante mais elle m’a appelé et elle a trouvé que c’était un très beau geste de tolérance et d’ouverture. Tou.te.s les croyant.e.s ne sont pas opposé.e.s aux homos, il y a des voix fortes qui se font entendre des deux côtés.

Un archevêque a soutenu le projet de loi mais dans le même temps, les partis conservateurs s’y opposaient. Comment l’expliquer? Quelques jours avant le vote, j’ai discuté avec quelques parlementaires et ils/elles m’ont dit qu’il y avait une chance sur deux pour que la loi passe. Il a déjà fallu plusieurs années pour qu’elle soit votée et il faudra attendre encore avant qu’elle entre en vigueur, sachant que la décision finale ne sera prise qu’après les élections du printemps 2015, donc par une autre assemblée. Le soutien de l’archevêque a été important mais d’autres responsables religieux pensent le contraire. Et des gens quittent l’église à cause de lui, mais c’est oublier que l’église n’a aucun rapport avec le Parlement.

Photo DR