C’est pour faire parvenir à l’existence des personnes qui n’existaient pas dans les représentations officielles produites par le régime sud-africain pendant l’apartheid que David Goldblatt a réalisé des portraits photographiques. Les réalisatrices Valérie Urrea et Nathalie Masduraud, en couple à la ville, ont utilisé son travail mais aussi celui d’autres grand.e.s photographes pour retracer l’histoire de ce pays au cours des 40 dernières années dans le documentaire Afrique du Sud, portraits chromatiques. Elles ont voulu montrer en quoi les images prises par ces photographes sont «des actes politiques d’artistes engagé.e.s».

Elles ont fait la connaissance de David Goldblatt – «une rencontre très forte» selon Valérie Urrea – ainsi que de professionnel.le.s de l’agence de photos Afrapix. «Cette agence a été fondée par des hommes et des femmes de plusieurs races et elle a produit des images à la lisière de l’art, du documentaire, de la politique et de l’engagement», explique Valérie Urrea qui relate sur L’œil du photographe la genèse du projet.

Grâce à Foot for Love et aux Dégommeuses, elles ont aussi croisé la route d’une élève de David Goldblatt: la photographe Zanele Muholi (photo). Pour faire en sorte que les femmes et plus particulièrement les noires prennent des photos et soient elles-mêmes prises en photo, la photographe lesbienne se rend dans des écoles et pousse les filles à oser photographier. «Elle veut qu’elles prennent en charge leur existence, qu’elles se saisissent de l’appareil, décrit Valérie Urrea. Elle souhaite les pousser à documenter leur vie, et en cela, c’est une héritière de David Goldblatt, mais aussi une femme qui continue à transmettre.»

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Afrique du Sud, portraits chromatiques

Disponible sur Arte+7 jusqu’au 7 décembre.

Nathalie Masduraud et Valérie Urrea ont souhaité élargir le sujet du documentaire avec quatre films courts donnant la parole à sept photographes pour parler des luttes d’aujourd’hui, contre le racisme ou l’homophobie par exemple, et qui ont succédé à l’apartheid. Ces films sont disponibles sur Arte Creative.