Élu député en 2011, Robert Biedroń est devenu ce dimanche 30 novembre le premier maire ouvertement gay en Pologne. Désormais à la tête de l’exécutif municipal dans la ville de Slupsk, peuplée d’environ 100000 habitant.e.s, il a misé sa campagne sur la proximité.

«LA SOCIÉTÉ POLONAISE A APPRIS LA TOLÉRANCE»
Issu du mouvement de Janusz Palikot, classé au centre-gauche, Robert Biedroń a eu en trois ans une forte influence sur la classe politique polonaise. En 2011, il a appelé d’autres responsables politiques à faire leur coming-out, mais il est demeuré le seul ouvertement gay. Néanmoins lors des élections locales de 2014, une vingtaine de candidat.e.s ont franchi le pas, ce qui pousse les médias à parler «d’effet Biedroń». Seul celui-ci a été élu, relève l’agence Associated Press, mais cela montre les progrès accomplis par ce pays où les gay prides étaient encore interdites il y a 10 ans.

«J’ai vu la vitesse à laquelle la société polonaise a appris la tolérance, a confié Robert Biedroń deux jours avant son élection en tant que maire. Je suis très optimiste et heureux qu’il en soit ainsi, et fier aussi.» Ayant recueilli 57% des voix, il prend la tête d’une ville fortement endettée, mais entend assainir les comptes, investir dans l’économie verte et adopter un train de vie plus modeste que celui des maires qui l’ont précédé en renonçant à sa voiture avec chauffeur au profit des transports en commun et d’une bicyclette.

Photo Capture