Depuis qu’elle s’est lancée à corps perdu dans la lutte contre les ABCD de l’Égalité ou contre ce qu’elle et d’autres nomment la «théorie du genre», Farida Belghoul a multiplié les rumeurs et les actions, comme la fameuse «Journée du retrait de l’école» (JRE), ce qui lui vaut aujourd’hui d’être rappelée à l’ordre. La militante anti-égalité, proche de Dieudonné et d’Alain Soral, vient de recevoir un blâme pour ses propos à l’encontre du ministère de l’Éducation.

Fin septembre, le rectorat de Versailles engageait enfin une procédure disciplinaire contre l’enseignante pour «manquements aux devoirs de réserve et de loyauté incombant aux fonctionnaires», notamment en raison du texte «Belkacem versus Belghoul» qu’elle a publié sur son blog en août dernier et dans lequel elle tire à boulets rouges sur Najat Vallaud-Belkacem, qui venait alors d’être nommée ministre de l’Éducation et qu’elle appelle la «chouchoute du lobby trans, bi». Le rectorat a qualifié ces propos de «déplacés à l’encontre de la ministre» et a reproché «l’incitation des parents à retirer leur enfant de l’école (…) en méconnaissance de l’obligation d’assiduité». Ce blâme ne risque probablement pas d’inquiéter outre mesure Farida Belghoul, puisqu’il n’entraîne aucune conséquence. En outre, comme le rappelait le yaggeur Numa Numantius sur son blog Égalite des droits Homos/Hétéros, il s’avère difficile de sanctionner Farida Belghoul, qui parvient à rester dans les limites de la liberté d’expression. Elle ne s’est par ailleurs toujours pas expliquée concernant un voyage en Russie effectué pendant un congé maladie.

Via Libération.

Photo Capture