Plusieurs centaines de fans étaient présent.e.s ce samedi à la convention organisée par Xivents et dédiée à la série Xena, la princesse guerrière. La présence de Lucy Lawless (Xena) et de Renée O’Connor (Gabrielle) a contribué à créer un sentiment d’enthousiasme et d’excitation parmi les participant.e.s. Treize ans après la fin de la série, la popularité des deux comédiennes reste impressionnante.

MILITANTISME
La relation crypto-lesbienne particulièrement assumée à l’écran entre Xena et Gabrielle et l’implication des deux comédiennes en faveur de l’égalité des droits étaient presque inédits à l’époque. «Tout était naturel, confie Renée O’Connor. Quand on a participé à Sydney Mardi Gras [l’équivalent local de la Marche des fiertés, ndlr], on n’a pas fait semblant en espérant que ça aiderait la série. Ce n’était pas artificiel. Lucy et moi avons bâti une vraie relation fondée sur l’amitié et le respect, ça n’avait rien de fabriqué. On y est allées pour s’amuser, pour soutenir les gens qui marchaient et c’était drôle de voir des centaines de Xena marcher dans la rue.»

Si le militantisme de Lucy Lawless se poursuit publiquement, celui de Renée O’Connor se fait plus discret mais non moins utile. «J’en parle avec mes enfants en famille, explique-t-elle. Je fais entrer ces questions à la maison. On voit d’autres familles qui pensent que les enfants sont trop jeunes pour en parler. Mais moi, la différence, c’est d’élever mes enfants de cette façon.» En plus de s’occuper de ses enfants, elle cherche désormais à s’imposer comme réalisatrice et productrice.

«APRÈS XENA, JE VOULAIS FAIRE QUELQUE CHOSE DE DIFFÉRENT»
renee o connor«Enfant, j’ai toujours voulu jouer la comédie et réaliser, se souvient-elle, et je faisais déjà les deux. Après Xena, je voulais faire quelque chose de différent, réaliser et produire pour m’occuper de l’ensemble de l’histoire et pas juste d’une partie. En tant qu’actrice, on ne peut que retranscrire la vision d’un.e scénariste, on sert de véhicule mais ça s’arrête là une fois qu’on a quitté le plateau. Je me sens d’ailleurs plus à l’aise derrière la caméra même si je peux transcender mon inconfort en tant qu’actrice et relater une histoire qui me touche.»

Pour gagner en assurance, elle s’est d’abord concentrée sur «de petits projets avec un petit budget et une petite équipe». Une façon pour elle «d’arriver au bout» et de prendre connaissance de ses points forts et de ses faiblesses. Elle se sent aujourd’hui prête à assumer des projets plus ambitieux. Mais se pose la question du financement: en dépit de sa notoriété, il lui est difficile de trouver le budget nécessaire pour donner vie à ses projets. L’éventualité d’un film Xena piétine tout autant, même si Lucy Lawless l’appelle de ses vœux. L’universalité des thèmes abordés dans la série et l’engouement populaire en faveurs des comédiennes aideront peut-être à réaliser ce projet vivement attendu. Dans l’interview vidéo qu’elle nous a accordée, Lucy Lawless revient sur le succès de la série et sur ses engagements militants.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Lucy Lawless: «J’espère qu’il y aura bientôt un film Xena»

Photo Capture (Renée O’Connor)