Ce week-end, Visit Brussels et Wallonie-Bruxelles Tourisme organisaient pour la première fois un week-end entièrement consacré à la culture et la vie lesbienne et féministe de la capitale belge. Yagg a assisté à ce tout premier et très prometteur Girls Heart Brussels.

Aux manettes du projet, Jessica Gysel, connue pour être la créatrice et la rédactrice en chef du magazine Girls Like Us a concocté un programme riche et varié avec soirées, exposition d’art contemporain, gastronomie, et même visite du Bruxelles lesbien et féministe d’hier et d’aujourd’hui, avec l’historienne Mathilde Messina et la sociologue Marian Lens. Toutes deux se sont faites guides touristiques et ont invité à un tour d’horizon des trésors plus ou moins cachés de Bruxelles: l’ancienne librairie Artemys, nichée dans la galerie Bortier, qui fut un lieu incontournable de la vie lesbienne et féministe, tant sur le plan culturel que politique ; le quartier européen, où les lobbys LGBTQI travaillent au plus près des institutions, et qui a aussi vu l’émergence de la communauté lesbienne dans les années 70 ; les galeries royales, aujourd’hui haut-lieu du shopping bruxellois mais qui accueillaient autrefois les clubs Le Madame ou le Black Swan ; sans oublier la statue de Janneke Pis, équivalent féminin du Manneken Pis.

Marian Lens et Mathilde Messina nous ont fait part de leur satisfaction de voir un tel engouement et une telle curiosité pour le Bruxelles lesbien:

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Visiter le Bruxelles lesbien et féministe, d’hier et d’aujourd’hui: un moyen de se réapproprier la ville

Pour Jessica Gysel, il était important de mettre en avant la diversité des lieux dédiés aux femmes, avec une programmation éclectique et pointue:

«Je ne sais pas pourquoi dans beaucoup de villes il y a des événements mis en place spécialement pour les gays et pas pour les filles. C’est un problème assez universel. Mais ce que je vois avec ce week-end, c’est qu’il y a quand même une demande pour des initiatives comme Girls Heart Brussels

Selon elle, Girls Heart Brussels est aussi un moyen de casser certains préjugés:

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur «Girls Heart Brussels», une programmation culturelle et éclectique pour découvrir le Bruxelles lesbien et féministe

Delphine Von Kaatz, à l’origine de la soirée Mon Cul Ta Praline a répondu à nos questions sur le Bruxelles lesbien, et nous parle aussi du L-Festival, dont la prochaine édition aura lieu du 21 au 30 novembre:

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Quelle vie culturelle et festive pour les lesbiennes et les bies à Bruxelles?

 

Trois bonnes adresses à Bruxelles:

Pour celles qui apprécient la bonne cuisine, Les Connes est l’adresse à retenir. Tenu par un couple de femmes, ce restaurant gastronomique/orgasmique (ce sont elles qui le disent) propose une carte restreinte mais audacieuse. Mais pourquoi les «Connes»? «C’est comme quand on utilise les mots gouine ou pédé pour se définir et s’affirmer, pour dire qu’on est fier de ce qu’on est. C’est un hommage!»

les connes6 rue des Teinturiers, 1000 Bruxelles
M° Bourse

 

Fermée à la fin des années 80, l’ancienne brasserie Wielemans-Ceuppens est devenue en 2007 le Wiels, un centre d’art contemporain qui accueille expositions et résidences d’artistes locaux. Un passage obligé pour les fans d’arts visuels.

wielsAvenue Van Volxem 354, 1190 Bruxelles
Tram 82, 97 / arrêt Wiels
Bus 49, 50 / arrêt Wiels

 

Une visite du Bruxelles LGBT ne serait pas complète sans un arrêt à la Maison Arc-en-ciel (la Mac, ou Rainbow House), en plein centre-ville à deux pas de la Grand-Place, qui accueille une quarantaine d’associations LGBT. Ambiance chaleureuse où l’on peut discuter et faire des rencontres, prendre une bière ou un des délicieux cocktails proposés, ou même tenter de se mesurer aux quelques habituées du kicker (le petit nom du baby-foot en Belgique)…

rainbow house42 Rue du Marché au Charbon, 1000 Bruxelles
M° Bourse

 

Photos Tor Lillqvist (Wiels) / Delphine Von Kaatz (Rainbow House) / Cléo-Morgane Thibault (Les Connes)