«Chaque fois qu’un nouvel État ouvre le mariage aux couples de même sexe, notre nation se rapproche de la pleine égalité pour tou.te.s les Américain.e.s», a indiqué le procureur général américain Eric Holder (photo) dans un communiqué publié samedi 25 octobre. Les services de son ministère ont pris acte de l’ouverture du mariage dans six nouveaux États – l’Alaska, l’Arizona, l’Idaho, la Caroline du Nord, la Virginie-Occidentale et le Wyoming – et accordent aux couples de même sexe mariés dans ces États les mêmes protections fédérales que tous les autres couples mariés.

La semaine dernière, une annonce similaire avait été faite au sujet du Colorado, de l’Indiana, du Nevada, de l’Oklahoma, de l’Utah, de la Virginie et du Wisconsin. En tout, 32 États et le district de Columbia ont ouvert le mariage aux couples de même sexe, soit plus de la moitié des 50 États que compte le pays. Une progression dont l’ancien président Bill Clinton s’est réjoui. Invité au dîner annuel de l’association Human Rights Campaign, où il avait pris la parole pour la première fois en 1997, il a salué les avancées accomplies en un peu moins de 20 ans dans un discours d’une trentaine de minutes.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Bill Clinton at the 2014 HRC National Dinner

«Je me souviens très bien quand je suis venu ici en 1997 et que j’ai demandé à toutes les personnes dans le public qui travaillent pour le gouvernement de se lever, a indiqué l’ancien président. Beaucoup de personnes l’ont fait. C’est un exemple des progrès réalisés, parce que croyez-le ou pas, il y a 17 ans, c’était un grand geste, parce que tout le monde se souvenait de l’époque où il était impossible pour une personne lesbienne, gay, bie ou trans’ qui occupe une haute position dans l’administration de se lever et de le dire. Voilà le chemin que nous avons parcouru. Tout le monde a applaudi ce soir-là, parce que c’était totalement inédit. Aujourd’hui, ça semble tout à fait commun. Et c’est une bonne chose.»

«Soyez plein.e.s de joie et de fierté ce soir, car je n’ai jamais vu un mouvement militant pour les droits civiques aller aussi loin et aussi vite que vous, dans notre pays en tout cas, a poursuivi Bill Clinton. Mais ne vous faites pas d’illusions: il y a beaucoup de personnes laissées de côté et abandonnées. Il y a toujours des barrières qui doivent être abaissées. Et à travers le monde, des jeunes continuent à se recroqueviller dans la peur à cause des gouvernements, des responsables politiques et parfois de leurs familles.»

Le site Towleroad relève que l’ancien président n’a toutefois pas dit un mot sur la loi Don’t Ask, Don’t Tell, abrogée en 2010, et qui interdisait à toute personne ouvertement bie, lesbienne ou gay de servir dans l’armée. Pas un mot non plus sur le Defense of Marriage Act (DOMA), jugé inconstitutionnel en 2013, et qui restreignait les protections accordées par l’État fédéral aux couples mariés de sexe différent. Autant de lois votées sous la présidence de Bill Clinton.

Photo United States Department of Justice