C’est en quelque sorte le baiser de Pérouse. 6 militants LGBT sont poursuivis pour troubles à l’ordre public dans cette ville du centre de l’Italie pour s’être embrassés en mars dernier lors d’un rassemblement des Sentinelles, l’équivalent transalpin des Veilleurs. Des « charges risibles, si elles ne reflétaient pas le sentiment antigay que combattent ces militants », estime Human Rights Watch, qui demande l’abandon des poursuites. Les « Sentinelles » s’étaient réunies pour protester contre un projet de loi contre l’homophobie.

Selon HRW, le procureur de Pérouse s’appuie sur un rapport de police qui accuse les 6 d’avoir commis « un long baiser passionné sur la bouche… devant de nombreuses familles, des enfants et des adolescents, dont beaucoup étaient mineurs, laissant ainsi les passant dégoûtés par une telle attitude. »

Human Rights Watch rapporte également que d’autres actions de ce type dans d’autres villes n’ont pas été poursuivies, tel ce militant gay qui, par dérision, s’était joint aux Sentinelles en uniforme nazi.

Le Premier ministre, Matteo Renzi, a promis d’instaurer prochainement un contrat d’union civile pour les couples gays et lesbiens (Lire Un projet de loi sur l’union civile en Italie d’ici la fin du mois).