Alors qu’elle venait de faire son premier discours en tant que députée fédérale à la Chambre des représentants jeudi 16 octobre, et était chaleureusement applaudie par l’assemblée, Nawal Ben Hamou a essuyé des remarques sur son physique de la part d’un autre parlementaire. «Je tenais à féliciter notre nouvelle collègue. Elle parle bien. Elle est intelligente. Et moi, je peux me le permettre, elle est jolie», a commenté Jean-Jacques Flahaux, membre du Mouvement Réformateur, avant de qualifier sa collègue d’«Alice au pays des merveilles», une façon de marquer son désaccord avec son intervention sur le service public.

PAS UNE «BARBIE»
Les médias bruxellois ont rapidement comparé ces propos aux mêmes comportements sexistes observés en juillet 2012 lors d’un discours de Cécile Duflot, alors ministre du Logement, à l’Assemblée nationale, qui avait été sifflée parce qu’elle portait une robe. Nawal Ben Hamou s’est montrée tout à fait exaspérée par ce peu de considération pour son travail de parlementaire: «Mon intervention était de défendre les travailleurs et les fonctionnaires. Et je trouve révoltant qu’un député s’arrête uniquement sur mon physique. J’attendais un peu plus de considération à l’égard des travailleurs. Je suis le relais des citoyens au sein du parlement et non une barbie! Il faut arrêter de parler de mon physique constamment.»

«CE N’EST PAS COMME SI CELA VENAIT D’UN HOMME HÉTÉROSEXUEL»
Mais Jean-Jacques Flahaux ne semble pas comprendre la colère de la députée. Le bourgmestre de Braine-le-Comte «n’en revient pas» qu’on le qualifie de sexiste et s’explique: puisqu’il est ouvertement homosexuel, il estime qu’il est en mesure de saluer le physique de sa collègue: «J’ai d’abord dit qu’elle était intelligente et qu’elle parlait bien. Et j’ai parlé de son physique. Mais cela se justifie. Je suis gay et tout le monde le sait. Il n’y a donc pas de côté sexiste de ma part. Ce n’est pas comme si cela venait d’un homme hétérosexuel.»

Voir le discours de Nawal Ben Hamou et l’intervention de Jean-Jacques Flahaux:

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Propos sexistes en pleine séance de la Chambre visant la députée PS Nawal Ben Hamou