Vent de changement dans la vie de Virginie Merle-Tellenne: la fondatrice de «L’avenir pour tous» et ex-porte-parole de la «Manif pour tous» quitte le duplex de 173 mètres carrés qu’elle occupait depuis plusieurs années avec sa famille et ne veut plus être appelée «Frigide Barjot» mais «Virginie Tellenne». Le 30 octobre 2014, cela fera un an que le tribunal d’instance du XVe arrondissement de Paris a prononcé son expulsion, à la demande de son bailleur, la Régie immobilière de la ville de Paris (RIVP), qui a constaté des violations du bail que Virginie Merle-Tellenne persiste à contester, prétendant qu’il s’agit là d’une «décision politique».

Elle rejoint un appartement du même arrondissement et cinq camions de déménagement ont été vus devant son domicile, rapporte l’AFP. Mais l’ancienne égérie de la «Manif pour tous» assure que ces changements ne sont rien au regard de son implication pour «la famille»: «Que je subisse le contre-coup d’un mouvement monumental, on s’en contre-tape. Ce qui importe c’est l’avenir de la famille, ce qui s’est passé au Vatican ce week-end (avec le synode sur la famille), les débats qu’il y a en France», a-t-elle indiqué.

Elle assurait encore il y a quelques mois ne pas être en mesure d’assumer financièrement l’acquisition d’un nouveau logement alors qu’elle est «propriétaire d’un quatre-pièces rue La Fayette (Xe), d’un appartement rue de Lourmel (XVe), d’une maison dans le golfe de Saint-Tropez (Var), et d’une maison à Trouville (Calvados)», a précisé un avocat de la RIVP. Sa situation financière aurait-elle changé? Elle a en tout cas assuré à Metronews que tout est désormais réglé: «Je signe mon nouvel appartement le 27 octobre. Le 28 ça devrait être plié.»

Photo cbecker-tours