«Comment ne pas appeler cela de l’amour?», a tweeté ce samedi 18 octobre le maire de Rome Ignazio Marino, tandis qu’il transcrivait dans les registres d’état civil les mariages de 16 couples de même sexe qui se sont unis à l’étranger. «Cette administration veut s’inscrire dans le futur, a-t-il ajouté. Aujourd’hui, avec la transcription de Rome, une union fondée sur l’amour a le droit d’être reconnue.»

La cérémonie s’est déroulée à la mairie de Rome, à quelques kilomètres du lieu où se tenait le synode sur la famille de l’église catholique, et qui peinait au même moment à s’ouvrir aux personnes homosexuelles. Onze couples d’hommes et cinq couples de femmes ont fait leur entrée dans les registres d’état civil italiens grâce au maire de centre-gauche qui s’était déjà exprimé en faveur de l’égalité des droits.

Mais il n’est pas encore certain qu’ils pourront y rester: plusieurs opposant.e.s ainsi que le préfet de la ville ont entrepris des démarches pour saisir le procureur de la République et faire annuler la transcription au motif que les unions de couples de même sexe sont interdites en Italie. Le maire a déjà une parade juridique, indique Gay.it: «Je n’ai pas fait de célébration et je n’ai pas marié ces couples, j’ai juste transcrit leurs mariages, s’est défendu Ignazio Marino, ce serait une folie et une fraude à la loi sinon. J’ai seulement suivi des indications de l’Union européenne.»

Un projet de loi ouvrant l’union civile aux couples de même sexe doit être présenté en Conseil des ministres d’ici la fin du mois.

Photo via Facebook