Invité de l’émission de Léa Salamé sur France Inter, Pierre Bergé a réagi aux déclarations de l’Église sur les personnes homosexuelles lors du synode sur la famille. Pour lui, le pape François «fait sa révolution» même si «l’homosexualité n’est pas une unité de valeur»: «Les homosexuels peuvent être bien, et peuvent être très mal, c’est un groupe humain comme tous les autres». Il a estimé que le pape donne «une réponse à tout un tas de manifestations réactionnaires qui se passent ici et là, et notamment en France à l’occasion du mariage pour tous.»

«CHANGER LES MENTALITÉS , ÇA PREND DU TEMPS»
Léa Salamé en a profité pour recueillir l’avis de l’homme d’affaires sur la dernière manifestation des anti-égalité, le 5 octobre, dont une partie souhaite l’abrogation de la loi sur le mariage pour tous: «Je me dis que je ne comprends pas. Ça enlève quoi à qui? (…) La vérité c’est qu’ils [les Français] s’en fichent. Quant à la PMA, quant à la GPA, où on m’a fait dire n’importe quoi…» Léa Salamé a rappelé les propos tenus par Pierre Bergé fin 2012, lorsqu’il avait déclaré: «Nous ne pouvons pas faire de distinction dans les droits, que ce soit la PMA, la GPA ou l’adoption. Moi, je suis pour toutes les libertés. Louer son ventre pour faire un enfant ou louer ses bras pour travailler à l’usine, quelle différence? C’est faire un distinguo qui est choquant.»

Pierre Bergé se veut aujourd’hui plus prudent, même si sa pensée n’a pas changé: «Peut-être que ça a été mal compris, peut-être que c’était un peu abrupt comme réponse. Parce que bien entendu, il n’est pas question de louer son ventre, les femmes ne vont pas être transformées en fabricantes d’enfants qu’on loue. Ce n’est pas du tout ma pensée. Tout ça doit se faire avec une éthique.» Pierre Bergé s’est alors adressé alors à ceux et celles qui étaient dans la rue le 5 octobre: «Je vais dire à ces gens, et je le dis avec amitié: la PMA et la GPA sont inéluctables et elles existeront un jour.» Léa Salamé le met en garde: «Vous savez que vous allez en faire sursauter beaucoup.» Pierre Bergé rassure:

«Si ce n’est pas sous le quinquennat de François Hollande, ce sera sous un autre. Les gens sont patients. Et changer les mentalités, ça prend du temps, mais elles changent.»

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Pierre Bergé :  » Le Pape François est un pape très intelligent qui vit dans son époque »

En fin d’interview, Léa Salamé a tenu à savoir si Pierre Bergé a finalement vu le film de Bertrand Bonello, le biopic sur Yves Saint Laurent qu’il n’a pas soutenu: «Bien sûr que je l’ai vu! J’ai payé ma place un matin, et avec des amis nous sommes allés au Gaumont Parnasse à Montparnasse le voir. J’étais très heureux qu’il y ait un deuxième film. Pour vous dire la vérité, j’attends qu’il y en ait un troisième!»