Candidat à la municipalité de Taipei, Neil Peng a invité le président de Taïwan (photo), Ma Ying-jeou, à faire son coming-out. Ce à quoi le chef d’État a répondu par une plainte pour diffamation. Mais dans une décision rendue mercredi 8 octobre, un tribunal a estimé que Neil Peng n’était pas coupable.

Un conseiller du président, King Pu-tsung, également mis en cause et qui entretiendrait des «relations spéciales» avec le chef d’État selon Neil Peng, a annoncé qu’il comptait faire appel de la décision de justice. Pour se prononcer, le tribunal a interprété des passages du blog de Neil Peng. L’absence d’espace entre les caractères chinois laissait la justice souveraine de déterminer si celui-ci parlait de «teshuxing guanxi» («relation sexuelle spéciale») ou de «teshu xingguanxi» («relation spéciale») pour désigner la relation entre les deux hommes. Le tribunal a finalement opté pour cette dernière interprétation.

Neil Peng est considéré comme un responsable politique pro-LGBT, indique GayStarNews, mais il a essuyé les critiques des associations LGBT locales, hostiles à l’outing.

Photo Capture