Pressenti pour être candidat à l’élection présidentielle en 2017, le maire libéral de Séoul, Park Won-soon, a livré son opinion sur les personnes lesbiennes et gays dans une interview accordée au San Francisco Examiner: «Je suis personnellement favorable aux droits des homosexuel.le.s, a indiqué cet ancien avocat spécialiste des droits humains. Mais les églises protestantes sont très puissantes en Corée. Ce n’est pas facile pour les responsables politiques. C’est aux militant.e.s de faire en sorte que le concept de droits humains inclue les homosexuel.le.s. Une fois que les gens seront convaincus, les politiques suivront. C’est en cours.»

Dans ce pays où la situation progresse très lentement pour les personnes LGBT, Park Won-soon occupe une position très isolée. Pendant la dernière campagne électorale, le maire de Séoul a été la cible de remarques homophobes de l’un de ses adversaires qui critiquait la présence d’affiches anti-homophobie sur les bus de la ville. Et la Marche des fiertés qu’il a autorisée l’an dernier, après de nombreux remous, avait été bloquée par des chrétien.ne.s descendu.e.s dans la rue pour empêcher le défilé. Il continue à espérer que la Corée du Sud devienne le premier pays de la région à ouvrir le mariage aux couples de même sexe.

«Il y a beaucoup de couples de même sexe déjà formés, a-t-il expliqué. Ils ne sont pas encore légalement reconnus, mais je suis persuadé que la Constitution coréenne permettrait de le faire. La poursuite du bonheur est un droit garanti. Et bien entendu, il peut y avoir des interprétations différentes de ce que signifie cette poursuite.»

Via Anthony Bellanger.

Photo Capture